Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2013 → Développement territorial à Chefchaouen : capitalisation d’expériences

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2013

Développement territorial à Chefchaouen : capitalisation d’expériences

Mrouki Z.

Titre : Développement territorial à Chefchaouen : capitalisation d’expériences

Auteur : Mrouki Z.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (IAMM-CIHEAM)

Diplôme : Master of Science 2013

Résumé
Ce travail, qui porte sur la capitalisation d’expériences de développement territorial dans la province de Chefchaouen, au nord du Maroc, a été mené dans le cadre d’un rapport pour le bureau d’études « Diversité et développement ». Il concerne six expériences mises en oeuvre par six structures différentes, privées et publiques (associations et coopératives) et vise à évaluer les impacts positifs et négatifs de celles considérées comme des « success stories ». Le but est d’essayer d’en tirer des apprentissages transférables à d’autres territoires en Méditerranée ou ailleurs. Les projets de développement territorial contribuent à consolider ou à créer une dynamique basée essentiellement sur la valorisation des produits de terroirs et sur la gouvernance locale. L’organisation de ce travail s’est fait autour de quatre thématiques : la gouvernance territoriale, l’accès au marché des produits de terroirs, la gestion et valorisation des ressources naturelles et le tourisme rural. Les principales connaissances tirées de ces expériences se résument aux cinq points suivants : (1) La concertation et la coordination entre les acteurs territoriaux, avec un système de gouvernance participatif sont les éléments clés pour un réel développement durable. (2) La nécessité d’une planification stratégique préalable du développement territorial pour la mise en place des actions de valorisation des patrimoines locaux. (3) Les certifications liées à l’origine participent à la création de valeur ajoutée pour les produits de terroir, ainsi que pour le territoire, consolident le rôle de la société civile et créent les synergies entre différents secteurs. (4) La nécessité de la mise en place de stratégies pour préserver l’agro-biodiversité d’un territoire pour assurer une agriculture durable et pour préserver les savoirs faire locaux. (5) Le tourisme rural et gastronomique comme moteur de valorisation des patrimoines locaux et comme secteur pour la création d’un développement territorial.

Mots-clés : DEVELOPPEMENT LOCAL ; TERRITOIRE ; EXPERIENCE ; PRODUIT DU TERROIR ; GOUVERNANCE ; CONNAISSANCE ; MAROC

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 14 juin 2014, mise à jour le 16 novembre 2017