Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Evaluation des pratiques phytosanitaires à l’aide d’indicateurs de pression et de toxicité sur l’homme : application dans le sous bassin versant de la Merja Zerga au Maroc

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2012

Evaluation des pratiques phytosanitaires à l’aide d’indicateurs de pression et de toxicité sur l’homme : application dans le sous bassin versant de la Merja Zerga au Maroc

Mouileh Z.

Titre : Evaluation des pratiques phytosanitaires à l’aide d’indicateurs de pression et de toxicité sur l’homme : application dans le sous bassin versant de la Merja Zerga au Maroc

Auteur : Mouileh Z.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (IAMM-CIHEAM)

Diplôme : Master of Science 2012

Résumé
Le développement de l’agriculture dans la région du Gharb et du Loukous a toujours été accompagné d’une utilisation importante de produits phytosanitaires. Cependant, cette intensification est à l’origine de la dégradation de l’environnement de la lagune de la Merja Zerga zone classée Ramsar depuis 1980. La conciliation de l’agriculture avec son environnement naturel passe par une gestion durable de l’entreprise agricole et de ses agrosystèmes. A l’issue des enquêtes réalisées dans les exploitations agricoles du sous bassin versant de la Merja Zerga, nous avons évalué les pratiques phytosanitaires des agriculteurs à travers le calcul d’un indicateur de fréquence de traitement (IFT) et d’un indicateur de risque de toxicité pour la santé humaine (IRTH). Les résultats de l’enquête ont permis d’un côté, de constater le fort recours aux produits phytosanitaires dans la zone en quantité et en valeur, et de l’autre côté, de conclure qu’une forte pression phytosanitaire n’assure pas forcément un rendement élevé sauf dans le cas des cultures très sensibles aux maladies telles que les cultures maraichères et l’avocatier mais une diminution de la fréquence de traitement, ne diminue pas forcément le risque de toxicité sur la santé des agriculteurs. En comparant les différentes cultures dans la zone, nous avons également constaté que le bananier est la culture qui subit le plus de traitements phytosanitaires avec des produits présentant un grand risque de toxicité sur la santé humaine. Il en est de même pour le fraisier mais avec un rapport toxicité/rentabilité beaucoup plus avantageux que les autres cultures pratiquées dans la région de l’étude

Mots-clés : PESTICIDE ; TOXICITE DES PESTICIDES ; INDICATEUR ; DANGER POUR LA SANTE ; PRATIQUE AGRICOLE ; EVALUATION ; CULTURE MARAICHERE ; CULTURE FRUITIERE ; MAROC ; GHARB ; DONNEE STATISTIQUE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 14 juin 2014, mise à jour le 17 novembre 2017