Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Pays-Bas → 2000 → Rethinking soil and water conservation in a changing society : a case study in eastern Burkina Faso

Wageningen Universiteit (2000)

Rethinking soil and water conservation in a changing society : a case study in eastern Burkina Faso

Mazzucato Valentina and David Niemeijer

Titre : Rethinking soil and water conservation in a changing society : a case study in eastern Burkina Faso

Auteur : Valentina Mazzucato and David Niemeijer

Université de soutenance : Wageningen Universiteit

Grade Doctor PhD Thesis 2000

Résumé partiel
Sur le continent africain, la conservation des eaux et des sols est l’une des priorités du développement. Quasiment tous les projéts lies h. l’agriculture ou a I’environnement lui consacrent un volet. C’est également l’une des preoccupations majeures des programmes de protection de I’environnement actuellement lancés par les gouvemements africains. Cet intérêt est lié au fait que la conservation des eaux et des sols est vue comme solution aux problèmes de productivité et de preservation de I’environnement. Dans un continent oü sévissent la degradation des sols et la croissance demographique, la conservation des eaux et des sols permet d’augmenter la productivité afin de nourrir une population toujours plus nombreuse, tout en préservant renvironnement. Il existe trois différentes manières d’appréhender la problématique de la conservation des eaux et des sols. La première pröne le développement d’une agriculture intensive, par le biais du capital fermier sous forme de machinerie et d’intrants agricoles achetés (par exemple les engrais chimique et les pesticides). Cette école pretend que cette approche est la seule maniere d’obtenir une croissance suffisante de productivité pour nourrir une population grandissante. La seconde se concentre sur les technologies autochtones, c’est-a-dire ce que les paysans développent et adaptent de leur propre initiative, ainsi que leurs innovations. Les partisans de cette approche pretendent que les technologies ne seront utilisées que si elles sont mises en place par et avec les paysans, afin de prendre en compte le contexte social et environnemental. Il existe enfin une école néo-libérale estimant que l’approche technologique n’est pas suffisante et qu’il faut également prendre en compte les politiques, les infrastructures et les besoins du marché, afin de stimuler une gestion des terres adequate. Malgré ces différentes approches, les projets de conservation des eaux et des sols ont, au mieux, connu des hauts et des bas. Le besoin d’une nouvelle maniere de considérer le problème, différente de celles qui ont abouti aux approches décrites ci-dessus, est done perceptible. Cette étude relève le défi et tente de théoriser et de rendre opérationnelle une nouvelle fagon d’aborder la problématique de la conservation des eaux et des sols. Elle reprend des elements d’études précédentes, mais les réutilise afin d’aboutir a une approche nouvelle. Dans la première partie du livre, figurent l’approche, la grille d’analyse et les methodes, tandis que dans la seconde partie, est présente un cas d’étude au Burkina Faso, oü est appliquée cette nouvelle approche.

Mots clés : SOIL CONSERVATION / WATER CONSERVATION / LAND EVALUATION / SUSTAINABILITY / SOCIAL CHANGE / FARMERS / FARMING SYSTEMS / INTENSIFICATION / BURKINA FASO

Version intégrale

Page publiée le 17 mars 2006, mise à jour le 3 juin 2022