Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → Quelles logiques de conversion à l’irrigation localisée dans la zone aménagée du Gharb (Maroc) ? : Etude de cas dans la seconde tranche d’irrigation

Supagro - IRC 2008

Quelles logiques de conversion à l’irrigation localisée dans la zone aménagée du Gharb (Maroc) ? : Etude de cas dans la seconde tranche d’irrigation

Sauviat S.

Titre : Quelles logiques de conversion à l’irrigation localisée dans la zone aménagée du Gharb (Maroc) ?

Auteur : Sauviat S.

Etablissement de soutenance : Supagro - IRC

Grade : Ingénieur Spécialisé en Agronomie des Régions Chaudes 2008

Résumé
Le plan national d’économie de l’eau au Maroc prévoit la conversion à l’irrigation localisée (IL) de quelques 520 000 hectares irrigués en gravitaire et par aspersion. Dans le périmètre de grande hydraulique du Gharb, des conversions ont commencé depuis 2004 pour ce qui est de la zone de « seconde tranche d’irrigation » de l’aménagement. Cette étude vise à comprendre quel pourrait être l’impact en termes socio-économiques de ces conversions à l’IL sur les exploitations familiales et les douars. Cela implique de comprendre en premier lieu le rôle joué par l’irrigation dans la différenciation socio-économique, en revenant sur l’impact causé par l’aménagement. Pour cela quatre douars de la seconde tranche d’irrigation ont été choisis pour l’étude. Dans ces douars, le type d’aménagement (gravitaire-aspersion), le statut du foncier et l’accès à la terre varient. Dans un des douars – la coopérative de la réforme agraire (CRA) Khelifia- certaines exploitations ont déjà adopté en partie l’irrigation localisée. Associé à un accès à la terre, l’irrigation joue un rôle notable dans l’amélioration des revenus. Cependant c’est la possibilité des exploitations d’effectuer ou non des cultures irriguées à haute valeur ajoutée (maraîchage et arboriculture) qui est un facteur de différenciation socio-économique. Les conversions à l’IL à Khelifia sont le fait d’exploitations familiales déjà performantes. Les conséquences sont une augmentation de la production agricole et une meilleure valorisation de l’eau. Cependant à cause des difficultés administratives de conversion à l’IL, l’office de gestion du périmètre du Gharb a un contrôle important sur les mises en route de processus conversion dans les secteurs aménagés. Avec des objectifs d’augmentation de production et de facilité de mise en place de l’IL, il est probable que l’office favorise les conversions individuelles dans des exploitations déjà performantes sur le plan de la production agricole, et favorise les conversions collectives dans des CRA performantes sur le plan de l’organisation et qui ont une visibilité auprès d’elle. Les écarts socio-économiques pourraient donc augmenter entre les douars et les exploitations familiales, ce qui aurait pour conséquences de menacer d’avantage les exploitations les plus faibles.

Mots-clés : MAROC ; GHARB ; AGRICULTURE ; IRRIGATION ; IRRIGATION LOCALISEE ; METHODE D’IRRIGATION ; ADOPTION DE L’INNOVATION ; GESTION DES EAUX ; GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ; ETUDE DE CAS ; EVALUATION DE PROJET

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 15 juin 2014, mise à jour le 21 novembre 2017