Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2002 → Analyse du potentiel agroexportateur marocain et des avantages comparatifs avec l’Espagne : étude de cas de la tomate primeur

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2002

Analyse du potentiel agroexportateur marocain et des avantages comparatifs avec l’Espagne : étude de cas de la tomate primeur

Redani L.

Titre : Analyse du potentiel agroexportateur marocain et des avantages comparatifs avec l’Espagne : étude de cas de la tomate primeur

Auteur : Redani L.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (IAMM-CIHEAM)

Diplôme : Master of Science 2002

Résumé
Ce travail a pour objectif d’analyser le secteur de la tomate primeur marocaine conduite sous serre, en utilisant trois principaux outils d’analyse. Le premier d’entre eux, la matrice des analyses des politiques, montre que les marges nettes financières et économiques sont positives. Les coefficients des ressources domestiques et les niveaux de la protection nominale et effective sont inférieurs à 1, ce qui signifie d’une part que le pays a un avantage comparatif dans la culture de la tomate primeur et d’autre part que la filière est légèrement taxée. Enfin, les transferts sur le revenu sont en moyenne de l’ordre de -6110 Dh/ha. Cela signifie que dans une situation sans distorsion, le producteur devrait recevoir 6110 Dr/ha de plus que dans la situation actuelle. La seconde partie de ce travail, analyse et montre la rentabilité financière et économique de différents projets sur dix ans. Enfin, la troisième partie étudie les avantages comparatifs du Maroc et de l’Espagne dans un secteur ou le Maroc souffre de la concurrence acharnée de l’Espagne due à la similarité des calendriers de production, la convergence des technologies, l’identité des marchés et le poids croissant de la grande distribution qui met en concurrence les différentes origines. Le léger avantage en faveur de l’Espagne ne peut que s’accentuer à long terme, ce pays ayant bénéficié de son adhésion à l’Union européenne et des mécanismes de la politique agricole commune. D’autre part, dans le domaine des exportations agricoles et dans celui de la tomate en particulier, les pays hors UE comme le Maroc, sont soumis à des calendriers d’exportations et des contingentements, alors que les pays de l’UE bénéficient, en plus du libre accès et de la proximité des marchés de l’UE, des aides octroyées par cette dernière aux organisations professionnelles.

Mots-clés : MAROC ; ESPAGNE ; TOMATE ; DONNEE DE PRODUCTION ; EXPORTATION ; AVANTAGE COMPARATIF ; ACCORD D’ASSOCIATION COMMUNAUTAIRE ; POLITIQUE AGRICOLE ; RENTABILITE ; COMPETITIVITE ; COMMERCE AGRICOLE

Version intégrale

Page publiée le 15 juin 2014, mise à jour le 19 décembre 2017