Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1999 → Représentations des vulgarisateurs et des agriculteurs sur le métier de vulgarisateur dans le contexte du désengagement de l’Etat au Maroc : cas de la subdivision du Boughriba à l’Office région de mise en valeur agricole de Moulouya

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 1999

Représentations des vulgarisateurs et des agriculteurs sur le métier de vulgarisateur dans le contexte du désengagement de l’Etat au Maroc : cas de la subdivision du Boughriba à l’Office région de mise en valeur agricole de Moulouya

Bouhaba A.

Titre : Représentations des vulgarisateurs et des agriculteurs sur le métier de vulgarisateur dans le contexte du désengagement de l’Etat au Maroc : cas de la subdivision du Boughriba à l’Office région de mise en valeur agricole de Moulouya

Representations of extension agents and farmers on the extension profession in the context of the State disengagement in Morocco : the case of the Boughriba subdivision at the Regional Office for Farmland Development of Moulouya

Auteur : Bouhaba A.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master of Science (MS) 1999

Résumé
Les vulgarisateurs qui ont longtemps servi de distributeurs de facteurs de production subventionnés par l’Etat, sont désormais impliqués dans le processus d’encadrement technique et d’aide à la décision des agriculteurs. Leurs nouvelles tâches exigent d’eux des compétences tant techniques que de communication et d’information auxquelles aucun échéancier ne les a préparés. De ce fait leur mission est difficile à assumer et leurs fonctions quotidiennes ne leur paraissent pas clairement définies. De plus, l’association du vulgarisateur à la définition des programmes fait défaut, aussi, ne se considère-t-il pas comme un acteur mais comme le simple exécutant des directives de sa hiérarchie. Ces programmes de vulgarisation délivrent un message uniforme aux agriculteurs et ne tient pas compte de leurs besoins spécifiques. Aussi, une majorité d’agriculteurs estiment que le vulgarisateur ne les aide pas suffisamment à résoudre leurs problèmes du fait même de la déficience de ses compétences techniques. Les représentations des agriculteurs sur le métier de vulgarisateur s’en trouvent alors affectées. Enfin, il semble que les conditions du désengagement de l’Etat n’aient pas été réunies. Le passage du secteur public au secteur privé implique que les agriculteurs soient convenablement informés puis préparés à prendre en charge davantage de responsabilités tout en formant des groupes d’intérêt

Mots-clés : MAROC ; MOULOUYA ; CONSEILLER AGRICOLE ; REPRESENTATION MENTALE ; AGRICULTEUR ; CATEGORIE PROFESSIONNELLE ; VULGARISATION ; DESENGAGEMENT DE L’ETAT ; INTERVENTION DE L’ETAT ; FORMATION DE BASE ; SERVICE DE VULGARISATION

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 16 juin 2014, mise à jour le 4 décembre 2017