Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Livestock performances depending more on investment level than on herd management : Agrarian diagnosis in Wadi Mawr, Tihama, Yemen

CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESAP (Toulouse) ; Enesa (Dijon,) 2006

Livestock performances depending more on investment level than on herd management : Agrarian diagnosis in Wadi Mawr, Tihama, Yemen

Roux Lionel ; Thouillot Floriane

Titre : Livestock performances depending more on investment level than on herd management : Agrarian diagnosis in Wadi Mawr, Tihama, Yemen

Les performances d’élevage dépendent plus de la capacité de financement que de la gestion du troupeau : étude diagnostic à Wadi Mawr, Tihama, Yémen

Auteur : Roux Lionel ; Thouillot Floriane

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier, FRA) ; ESAP (Toulouse, FRA) ; Enesa (Dijon, FRA)

Diplôme : Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles de l’ENESA de Dijon/ Diplôme d’Ingénieur de l’ESA Purpan, Toulouse/ Diplôme d’Agronomie Tropicale 2006

Résumé
Le Yémen a connu d’important changement politiques et économiques au cours des 50 dernières années : démocratisation, croissance économique soutenue et développement du commerce extérieur. Cependant, il reste un pays pauvre avec de grandes inégalités. L’agriculture y est importante tel que la plupart de la population rurale en dépende. Afin d’aider les populations rurales au travers d’appui à l’élevage, la coopération Franco-yéménite a mise en place le projet PADZEY. L’objectif général du projet est d’" augmenter les revenues créés à partir de la production animale pour les petits agriculteurs ". Grâce à 4 mois d’étude de terrain, beaucoup d’informations ont été collectées et elles sont à présent disponibles pour le projet. Wadi Mawr est une grande zone irriguée située dans le nord de la plaine de la Tihama. L’abondance de l’eau disponible, provenant des montagnes, fournit de l’irrigation de surface et remplit la nappe souterraine, ce qui permet le développement de l’agriculture, malgré les conditions climatiques arides. Les terres sont contrôlées par des propriétaires, et les plus gros d’entre eux gèrent des exploitations capitalistes ou patronales sur lesquelles ils ont des métayers. Le gouvernement a mené des politiques de développement dans le pays à partir de 1970. La population s’est beaucoup accrue, qu’un fort soutien à l’agriculture et l’élevage, tourné autour du sorgho, a permis de nourrir. Grâce à des revenus extérieurs, des familles ont pu investir dans des terres ou des moto-pompes. Pourtant, l’accès à l’eau est toujours inéquitable entre les agriculteurs, écart que la construction du réseau d’irrigation en amont n’a fait que creuser. La guerre du Golfe, ramenant de très nombreux émigrants dans la zone, a entraîné une forte pression foncière mais aussi sur les pâtures. La dépendance au sorgho fourrager s’est encore accrue, d’autant plus que le taux d’inflation a augmenté brusquement. De nouvelles difficultés relatives à une insécurité foncière et de l’accès à l’eau apparaissent de nos jours, affectant les plus petits agriculteurs et leurs revenus, et les menaçant de décapitalisation dans leur cheptel. Au sein des systèmes de culture, le sorgho a la place la plus importante. Il est sujet aux aléas d’eau, et fournit du fourrage aux animaux. Les systèmes d’élevage, majoritairement gérés par les femmes et les enfants sont en conséquence fortement dépendants de l’accès au fourrage. Mais l’importante combinaison entre les cultures et l’élevage au sein des exploitations est démontrée : aujourd’hui, la plus grande part de l’alimentation est constituée par le fourrage, produit sur l’exploitation aussi bien qu’acheté sur les marchés, par exemple après la vente du culure à plus forte valeur ajoutée. Quelque soit l’accès à l’eau, les agriculteurs les plus pauvres sont limités par la terre. Ils sont ceux qui dépendent le plus des animaux, ceux qui ont les plus grandes difficultés à acheter du fourrage, et sont susceptibles de décapitaliser ou de quitter Wadi Mawr pour travailler illégalement en Arabie Saoudite. Un soutien technique à l’élevage doit donc s’accompagner de plus larges mesures pour augmenter les revenus familiaux, focalisées sur les cultures.

Sujet : Élevage ; Méthode d’élevage ; Structure de production ; Enquête sur exploitations agricoles ; Yemen - tihama, wadi mawr

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Version intégrale

Page publiée le 16 juin 2014, mise à jour le 23 décembre 2017