Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → Evolution d’un système oasien et impact des mouvements migratoires Sud-Nord : cas de la vallée du Todgha

Institut des Régions Chaudes (Irc) Sup Agro Montpellier (2008)

Evolution d’un système oasien et impact des mouvements migratoires Sud-Nord : cas de la vallée du Todgha

David Guillaume

Titre : Evolution d’un système oasien et impact des mouvements migratoires Sud-Nord : cas de la vallée du Todgha

Auteur : David Guillaume

Etablissement de soutenance : Institut des Régions Chaudes (Irc) Sup Agro Montpellier

Diplôme : Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale, option GSE. (2008)

Résumé
Ce travail est le fruit de cinq mois de travail réalisés dans la vallée du Todgha (Maroc), suite à une coopération entre la municipalité de Tinghir, le conseil général de l’Hérault et l’Institut de Recherche pour le Développement de Montpellier (France). Dans cet oasis soumis à un climat semi-aride, la mise en valeur agricole des sols n’est possible qu’à condition d’irriguer. Jadis, seul le haut et le moyen Todgha étaient cultivé de maraîchage, d’arbres fruitiers et de blé (en “bour”) et alimenté en eau grâce à l’eau de l’oued Todgha. Les ressources fourragères étaient fournies grâce aux zones de pâture du bas Todgha. Mais le Protectorat français, une pression démographique de plus en plus forte, et surtout l’émigration à destination de l’Europe occidentale (et particulièrement la France), ont fortement contribué à modifier les dynamiques sociales, économiques et agricoles. Ainsi, le blé a peu à peu disparu au profit de cultures fourragères (principalement la luzerne) suite à la disparition des terres de parcours. Ces dernières, récemment équipées en motopompes grâce aux retombées financières des migrations, accueillent les cultures céréalières et du maraîchage. A l’inverse, les habitants du haut Todgha utilisent plutôt ces revenus venus de l’étranger pour la construction d’infrastructures touristiques, de part une proximité aux Gorges du Todgha. Cependant, le désintérêt croissant pour l’agriculture, la surexploitation des eaux souterraines, la taille décroissante des exploitations agricoles, etc. sont autant d’interrogations quant à la durabilité de ce système oasien fragile.

Sujet : Oasis ; Irrigation de surface ; Gestion des eaux ; Pompe ; Structure agricole ; Durabilité ; Migration ; Évaluation de l’impact ; Maroc - Todgha

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 17 juin 2014, mise à jour le 25 décembre 2017