Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2011 → Modes de faire valoir des exploitations maraîchères irriguées à Biskra (Algérie)

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2011

Modes de faire valoir des exploitations maraîchères irriguées à Biskra (Algérie)

Amichi F.

Titre : Modes de faire valoir des exploitations maraîchères irriguées à Biskra (Algérie).

Auteur : Amichi F.

Etablissement de soutenance : Cohabilitation Université Montpellier III, Montpellier SupAgro, CIHEAM-IAMM.

Grade : Master 2 Recherche. Innovation et Développement des Territoires Ruraux [IDTR]. 2011

Résumé
La phoeniciculture constitue la culture traditionnelle principale dans la région de Biskra. Depuis le milieu des années 1980, le maraichage sous serre ou "plasticulture" a connu un développement rapide et massif dans plusieurs zones de la région qui, grâce à sa disponibilité en terre et en eau, constitue un front pionnier pour des investisseurs et des agriculteurs de différentes populations d’Algérie (Tipaza, Batna, M’sila…). Ces populations sont porteuses de capitaux, de force de main d’oeuvre et de savoir-faire. Certaines réinvestissent dans les palmeraies après une expérience dans le maraîchage. Ces nouvelles dynamiques reposent sur une agriculture exclusivement irriguée à partir l’exploitation des eaux souterraines, ce qui questionne sa durabilité sur le long-terme. Elle repose également sur des "contrats agraires" informels dans l’acte de production et de commercialisation des produits, qui compliquent l’analyse de la durabilité de cette agriculture. Notre travail se propose d’analyser la dynamique du maraichage sous serre dans la région de Biskra. Il consiste à identifier et retracer, à l’aide d’enquêtes auprès des différents acteurs, leur trajectoire, les contrats agraires qui les lient entre eux, et l’évolution spatio-temporelle du maraîchage sous serre dans la région. Ce travail a pour but d’éclairer les opportunités et les menaces de ce système sur les plans économiques, sociaux et environnementaux. Après deux mois d’enquêtes dans la région, nous constatons que plusieurs types de contrats agraires coexistent. Nous constatons également que ces contrats sont portés par différents groupes sociaux de différentes origines et diffèrent d’une région à une autre.

Mots-clés : MODE DE FAIRE VALOIR ; CONTRAT ; CULTURE MARAICHERE ; IRRIGATION ; DURABILITE ; PLANTE DE SERRE ; DEVELOPPEMENT AGRICOLE ; RESSOURCE EN EAU ; BISKRA ; ALGERIE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 19 juin 2014, mise à jour le 17 novembre 2017