Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2004 → Analyse des systèmes d’activités des ménages en zone pastorale du Niger en vue de la compréhension de leurs besoins en services financiers

CNEARC ESAT (Montpellier) 2004

Analyse des systèmes d’activités des ménages en zone pastorale du Niger en vue de la compréhension de leurs besoins en services financiers

Bel Judith

Titre : Analyse des systèmes d’activités des ménages en zone pastorale du Niger en vue de la compréhension de leurs besoins en services financiers

Auteur : Bel Judith

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Diplôme d’Agronomie Tropicale 2004

Résumé
La zone pastorale du Niger, soumise aux conditions climatiques contraignantes du Sahel, était le domaine des éleveurs touaregs, nomades et transhumants. Au cours du siècle dernier, la succession d’événements dramatiques, dont la colonisation, plusieurs graves sécheresses, et la rébellion touarègue, ont entraîné en son sein de profonds bouleversements sociaux et économiques. Ces changements se sont traduits en particulier par des mouvements de fixation et de sédentarisation des nomades, la diversification des activités, et l’émergence, parallèlement à l’élevage traditionnel, d’un nouveau type d’élevage, qui met en oeuvre des moyens plus importants (compléments d’alimentation, transports...), répond à des logiques de vente différentes, et est souvent appuyé par les revenus d’autres activités. Dans ce contexte en évolution, les besoins en services financiers sont nombreux. Ils concernent à la fois l’élevage, l’agriculture, et souvent des activités non-agricoles. La principale contrainte des éleveurs en termes de financement, est, en période de soudure, un important besoin de liquidités pour acheter de la nourriture et parfois des aliments bétail. Le prix des animaux est à cette époque de l’année au plus bas, alors que les céréales valent cher. Les éleveurs sont donc contraints à vendre de nombreuses têtes, au risque de surexploiter leur troupeau. Un système d’épargne et de crédit leur permettrait de répartir la vente de leurs animaux à des moment plus favorable, avant et après la période de soudure, et donc de vendre moins d’animaux. Les éleveurs sédentarisés s’efforcent souvent de multiplier les activités, afin de sécuriser leurs revenus, que leur troupeau restreint ne suffisait plus à assurer. Le facteur limitant ces activités est souvent le manque de fond de roulement. Certains se consacrent à des activités ne demandant pas d’investissements, mais souvent très peu rémunératrices, d’autres achètent en petites quantités, parfois à crédit, dans des conditions qui réduisent de manière importante leur marge. Les commerçants, éleveurs-commerçants, bouchers, aux activités de plus grande envergure, ont accès à des systèmes de financement informel souvent très efficaces, qui reposent sur leur réseau de relations. Ces derniers pourraient cependant être intéressés par un système leur permettant de sécuriser leur argent. Les systèmes de financement informel ne sont donc pas accessibles à tous, et parallèlement, l’offre formelle existante est minime. Les systèmes bancaires sont totalement absents de la zone pastorale, il existe une seule mutuelle - à In Gall - et quelques expériences de systèmes financiers décentralisés, principalement avec des groupements féminins. L’offre disponible en services financiers est donc très réduite, et est loin de couvrir l’étendue des besoins. Cette étude a pour ambition de fournir des éléments pour alimenter la réflexion pour la conception de systèmes financiers qui répondent aux besoins des populations de la zone.

Sujet : Élevage ; Système agropastoral ; Méthode d’élevage ; Financement ; Crédit ; Système d’exploitation agricole ; Exploitation agricole familiale ; Ménage ; Enquête sur exploitations agricoles ; Niger

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 19 juin 2014, mise à jour le 21 décembre 2017