Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2009 → Diagnostic agraire en zone cotonnière au Burkina Faso : finage villageois de Koumana, boucle du Mouhoun

Institut des régions chaudes Montpellier SupAgro - ENITA (Clermont Ferrand) 2009

Diagnostic agraire en zone cotonnière au Burkina Faso : finage villageois de Koumana, boucle du Mouhoun

Bascou Pierre Damien

Titre : Diagnostic agraire en zone cotonnière au Burkina Faso : finage villageois de Koumana, boucle du Mouhoun

Auteur : Bascou Pierre Damien

Etablissement de soutenance : Irc Institut des régions chaudes Montpellier SupAgro - ENITA (Clermont Ferrand)

Diplôme : Mémoire (Diplôme d’Ingénieur des Travaux Agricoles de l’ENITAC)/Mémoire (Diplôme d’Agronomie Tropicale) 2009

Résumé
Ce diagnostic agraire est réalisé dans l’ancien bassin cotonnier du Burkina Faso, au niveau de la boucle du Mouhoun, dans le finage villageois de Koumana. Il s’intègre dans une étude menée à l’échelle nationale, par l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina, qui vise à cerner la diversité des exploitations agricoles et de comprendre leurs systèmes de production afin d’appuyer au mieux les producteurs. En l’espace d’un peu moins d’un siècle, la région d’étude a subi de profondes mutations. D’une agriculture vivrière en abattis brulis et friche longue en travail manuel, la population passe à des systèmes de culture avec jachère et travail en traction bovine ; ce qui permet la mise en place de cultures commerciales. Puis la culture continue et la fertilisation organique et chimique des parcelles se développent. Jusqu’aux années 70, la région est peuplée par une population Bwaba peu nombreuse ; à partir de la sécheresse de 1973, des migrants Mossi venus du plateau central, s’installent dans la région pour cultiver du coton. Les exploitations se différencient. Certaines d’entre elles accumulent du capital grâce à la production cotonnière, et investissent dans l’élevage de bovins de parcours. Dans les années 90, avec la baisse du prix du coton, les exploitations qui le peuvent diversifient leurs productions en développant la riziculture, le maraichage et les plantations fruitières. En revanche, les unités de production qui restent basées sur la production cotonnière et les céréales se maintiennent juste à la limite du seuil de survie, et doivent parfois recourir à des activités complémentaires non agricoles pour assurer leur subsistance.

Sujet : Coton glandless ; Système de culture ; Structure de production ; Diversification ; Migration ; Enquête sur exploitations agricoles ; Burkina Faso - Boucle du mouhoun

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 20 juin 2014, mise à jour le 26 décembre 2017