Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2001 → Etude des systèmes d’élevage et gestion des parcours collectifs au Dahar de Tataounine- Tunisie (cas du secteur Douiret, Rass El-Oued et Bir Thlathine)

CNEARC EITARC (Montpellier) 2001

Etude des systèmes d’élevage et gestion des parcours collectifs au Dahar de Tataounine- Tunisie (cas du secteur Douiret, Rass El-Oued et Bir Thlathine)

Jarray B.

Titre : Etude des systèmes d’élevage et gestion des parcours collectifs au Dahar de Tataounine- Tunisie (cas du secteur Douiret, Rass El-Oued et Bir Thlathine)

Auteur : Jarray B.

Etablissement de soutenance : CNEARC EITARC (Montpellier)

Diplôme : Ingénieur des Techniques Agricoles des Régions chaudes, option Systèmes d’Elevages et Innovations 2001

Résumé
Situé à l’extrême Sud tunisien, le Dahar de Douiret I Rass EI-Oued et Bir Thlathine couvre une superficie d’environ 110 000 ha. Il se caractérise par l’aridité de son climat et la vocation pastorale de son espace. Suite aux mutations socio-économiques survenues dans ces régions, les systèmes d’élevage ont subi de profondes transformations qui se sont soldées par la disparition du système pastoral et l’apparition du système agropastoral. Le système agropastoral en place, malgré les contraintes qu’il subit, nous permet de considérer que l’activité agricole est plutôt tournée vers l’élevage. L’arboriculture et la céréaliculture sont saisonnières. Cette aptitude dominante de l’élevage à l’égard des autres activités agricoles, se traduit dans des stratégies individuelles des grands éleveurs (60% du cheptel) ayant des revenus extra- agricoles importants qui font du Dahar et de la plaine deux zones complémentaires pour la conduite et l’alimentation de leur cheptel. En raison de la sécheresse et malgré la réduction des besoins sociaux, les petits et moyens éleveurs, dont les revenus extra agricoles sont faibles à moyens, n’arrivent pas à faire de l’élevage une activité rentable à cause du coût de complémentation (foin et paille) et leurs revenus d’élevage s’avèrent faibles ou négatifs. Un 3ème groupe se localisant autour de Bir Thlathine a été identifié. Les membres de ce groupe sont des éleveurs et des grands propriétaires fonciers. Leurs stratégies s’orientent vers la création de projets intégrés : polyculture afin d’assurer la durabilité de leur système. En matière de gestion de l’espace, aucune organisation gestionnaire n’est présente. Les avis des acteurs locaux concernant la création de groupements de développement ou d’éleveurs sont antagonistes malgré leur forte sensibilisation. Seuls les grands éleveurs sont convaincus de la nécessité de création de ces groupements si le territoire du groupement correspond seulement à leur territoire. Par ailleurs, dans ce secteur d’étude, les stratégies individuelles, l’importance des revenus extra- agricoles et la diversification des activités sont les principaux critères qui permettent de différencier la progression, la stagnation ou la régression des unités de productions.

Sujet : Système agropastoral ; Méthode d’élevage ; Polyculture élevage ; Parcours ; Structure agricole ; Structure de production ; Groupe d’intérêt ; Enquête ; Tunisie - Tataouine ; Tunisie - Sud-est

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 20 juin 2014, mise à jour le 18 décembre 2017