Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1997 → La gestion de l’eau et son impact sur la dynamique des systèmes de production dans les oasis littorales du sud tunisien. Cas de l’oasis de Gabès

CNEARC EITARC (Montpellier) 1997

La gestion de l’eau et son impact sur la dynamique des systèmes de production dans les oasis littorales du sud tunisien. Cas de l’oasis de Gabès

Abdedaeim S.

Titre : La gestion de l’eau et son impact sur la dynamique des systèmes de production dans les oasis littorales du sud tunisien. Cas de l’oasis de Gabès

Auteur : Abdedaeim S.

Etablissement de soutenance : CNEARC EITARC (Montpellier)

Diplôme : Ingénieur des Techniques Agricoles du CNEARC 1997

Résumé
L’oasis de Gabès, située au sud-est de la Tunisie et à proximité d’une ville qui porte son nom, a connu durant les dernières décennies des mutations socio-économiques de grande ampleur. Son organisation millénaire ne subsiste qu’à l’état de traces. Ces changements sont manifestement en étroite corrélation avec le phénomène urbain qui a marqué la ville de Gabès et accompagné son industrialisation. La ressource en eau, à l’origine de l’existence de l’oasis, est sujette à une pression qui ne cesse de croître. L’accroissement des besoins en eau d’une société en pleine expansion économique et sociale n’a pas conduit qu’à la raréfaction de l’eau pour l’oasis, mais également à l’augmentation de son coût. L’assèchement des sources naturelles, suite à une exploitation intensive de la nappe locale, a mis l’oasis dans une crise sans précédent. Le gouvernement tunisien fortement conscient de l’importance économique des oasis, est intervenu pour substituer l’eau des sources en créant des forages et en modernisant le réseau d’irrigation. Malgré tous les efforts déployés, des problèmes liés à la gestion de l’eau accablent aujourd’hui l’oasis. L’Association d’Intérêt Collectif (AIC), structure sociale qui est censée assumer cette tâche, se trouve dans des difficultés d’origine technique, sociale et financière. L’eau est mal gérée et l’espacement moyen des irrigations est de 42 jours en période de pointe. L’activité agricole de l’oasis a été fortement influencée par la disponibilité en eau et son mode de gestion et les irrigants sont entrain d’adopter différentes ®ÿstratégiesÿ¯ face à la rareté. Le développement durable de l’activité agricole au sein de l’oasis est conditionné par une maîtrise de la gestion des ressources en eau qui doit tenir compte en premier lieu de la diversité des systèmes de production et du savoir-faire des irrigants.

Sujet : Oasis ; Conservation de l’eau ; Structure de production ; Enquête ; Association d’agriculteurs ; Tunisie - Sud ; Tunisie - Gabes

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 20 juin 2014, mise à jour le 15 décembre 2017