Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2013 → Diagnostic des systèmes agricoles et évaluation de la performance de certaines cultures dans la région de Deir Al Ahmar, Bekaa (Liban)

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2013

Diagnostic des systèmes agricoles et évaluation de la performance de certaines cultures dans la région de Deir Al Ahmar, Bekaa (Liban)

Kanj F.

Titre : Diagnostic des systèmes agricoles et évaluation de la performance de certaines cultures dans la région de Deir Al Ahmar, Bekaa (Liban)

Auteur : Kanj F.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) Partenariat avec la Faculté d’Agronomie de l’Université Libanaise

Grade : Master 2 Ingénierie du Développement Territorial et Environnement (IDTE) 2013

Résumé
Dans le but de maintenir et de développer les zones rurales et agricoles libanaises, une stratégie agricole a été élaborée avec des investissements prioritaires importants visant à mobiliser l’eau et visant à l’installation de lacs collinaires. Notre zone d’étude, située au nord-est de la plaine de Béqaa répond à cette politique. Dans notre recherche, nous proposons d’analyser l’impact de cette nouvelle politique sur le comportement des agriculteurs et d’observer la possibilité d’améliorer les revenus des agriculteurs à partir d’une agriculture intensifiée par l’irrigation. Cette recherche est basée sur un travail de terrain, des entretiens auprès des personnes ressources de la région dans le but de comprendre l’historique et l’évolution de l’agriculture. Le travail de terrain a été suivi par un diagnostic auprès des exploitants en choisissant l’échantillon selon trois critères (source d’irrigation, taille de l’exploitation et profil de l’agriculteur) dans le but de décrire la situation actuelle des exploitations agricoles et des ressources en eau. Le résultat des enquêtes nous a permis de faire la typologie des exploitations agricoles afin de réaliser l’évaluation de la performance agronomique des cultures traditionnelles dans la zone d’étude (tabac, blé, orge). Il ressort que la politique mise en place a permis l’augmentation de la SAU irriguée de 15 % alors que 70 % des agriculteurs profitent du lac comme source d’irrigation dans la période estivale. Les cultures irriguées valorisent différemment le mètre cube d’eau. Elles ont une valeur ajoutée supérieure à celles en sec. Les rendements des cultures irriguées par rapport aux cultures en sec atteignent 150 %. Les surfaces irriguées restent plus ou moins faibles. Cela est dû à ce que l’eau du lac ne suffit pas pour irriguer toute la surface. L’efficience des cultures étudiées, traditionnelles dans la zone, nous mène à recommander la nécessité d’une variation au niveau des types de cultures pour aboutir à une meilleure efficience et mieux profiter de la source d’irrigation provenant du lac.

Mots-clés : GESTION DES EAUX ; IRRIGATION ; EFFICIENCE D’UTILISATION DE L’EAU ; CLASSIFICATION ; PERFORMANCE DE CULTURE ; CULTURE IRRIGUEE ; LIBAN

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 15 novembre 2015, mise à jour le 16 novembre 2017