Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2011 → Analyse des trajectoires et facteurs de différenciation des exploitations agricoles à l’échelle d’une petite région : cas de coopérative de la réforme agraire Echabab (Maroc)

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2011

Analyse des trajectoires et facteurs de différenciation des exploitations agricoles à l’échelle d’une petite région : cas de coopérative de la réforme agraire Echabab (Maroc)

Sriri Y.

Titre : Analyse des trajectoires et facteurs de différenciation des exploitations agricoles à l’échelle d’une petite région : cas de coopérative de la réforme agraire Echabab (Maroc).

Auteur : Sriri Y.

Etablissement de soutenance : Cohabilitation Université Montpellier III, Montpellier SupAgro, CIHEAM-IAMM. 

Grade : Master 2 Recherche. Innovation et Développement des Territoires Ruraux [IDTR]. 2011

Résumé
La croissance du secteur agricole tunisien est limitée par les ressources en eau que l’occurrence répétée des épisodes de sécheresse contribue à réduire. Cependant, la Tunisie s’est engagée dans une politique soutenue d’incitation à l’irrigation pour les cultures céréalières, particulièrement sensibles au stress hydrique mais qui jouent un rôle capital pour la sécurité alimentaire du pays. L’objectif de ce travail est de faire le point sur le concept de changement climatique et de caractériser la sécheresse en Tunisie afin de pouvoir évaluer son impact sur les cultures céréalières. Ainsi, une analyse comparative a été menée dans trois régions du pays sur la variabilité des rendements céréaliers en régime sec et en régime irrigué. La méthodologie consiste à examiner le lien entre rendement et précipitations à partir de l’indice standardisé des précipitations. Après avoir délimité les années de sécheresse selon les régions étudiées, nous avons calculé l’efficience agronomique et économique de l’irrigation afin d’évaluer son impact sur la conservation et l’amélioration des niveaux de rendement. Il ressort de ce travail que la variabilité du rendement en régime sec s’explique essentiellement par les précipitations, les périodes de sécheresse pouvant être généralisées aux trois régions d’étude ou spécifiques à une région donnée. Les pertes physiques varient selon la culture et la région, l’irrigation des céréales permet d’améliorer les rendements et d’atténuer les effets de la sécheresse dans les trois régions tout en restant plus efficace dans l’étage bioclimatique subhumide.

Mots-clés : CHANGEMENT CLIMATIQUE ; RESSOURCE EN EAU ; GESTION INTEGREE ; GESTION DES EAUX ; ADAPTATION AU CHANGEMENT ; PLANTE CEREALIERE ; RENDEMENT DES CULTURES ; IRRIGATION ; EFFICIENCE D’UTILISATION DE L’EAU ; SECHERESSE ; POLITIQUE AGRICOLE ; TUNISIE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 21 juin 2014, mise à jour le 17 novembre 2017