Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Analyse comparée des filières bissap et souchet au Burkina Faso dans le cadre d’une valorisation en agro-industrie : impact économique et territorial des systèmes agroalimentaires sous-jacents

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM-CIHEAM) 2012

Analyse comparée des filières bissap et souchet au Burkina Faso dans le cadre d’une valorisation en agro-industrie : impact économique et territorial des systèmes agroalimentaires sous-jacents

Diop E.

Titre : Analyse comparée des filières bissap et souchet au Burkina Faso dans le cadre d’une valorisation en agro-industrie : impact économique et territorial des systèmes agroalimentaires sous-jacents

Auteur : Diop E.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (IAMM-CIHEAM)

Diplôme : Mémoire (Master of Science) 2012

Résumé
Cette présente étude sur le souchet ou pois sucré et le bissap s’inscrit dans le cadre de l’appui au développement des filières agroalimentaires au Burkina Faso. A partir de l’analyse filière, l’approche par les systèmes agroalimentaires localisés (SYAL) a permis de procéder à une comparaison entre ces deux filières dans deux provinces : Houet et Kénédougou respectivement pour la production de bissap et de pois sucré. Les résultats montrent de nombreuses similitudes d’abord sur la nature des deux produits, les différents acteurs ou agents économiques présents à chaque segment de filière depuis la production agricole jusqu’au jus obtenu après transformation artisanale ou semi-artisanale. De même, une connaissance des enjeux économiques autour desquels les acteurs se mobilisent et tentent de développer des stratégies permettant de mieux se positionner sur les filières, devrait sans doute conduire à une meilleure compréhension de ces systèmes agroalimentaires. La répartition de la valeur ajoutée créée par ces filières est très inégalement répartie et montre à quel point les producteurs agricoles – principaux acteurs et constitués dans leur grande majorité de femmes – sont défavorisés. Les prestataires de services (meuniers), les rares hommes présents sur les filières en nombre réduit, en tirent le plus grand profit parmi les segments étudiés. Les transformatrices en entreprise patronale (avec de la main d’oeuvre salariée), bien que pratiquant des techniques artisanales empiriques, s’en sortent relativement bien. Par ailleurs, vu sous l’angle des systèmes agroalimentaires localisés, l’agro-industrialisation, si elle participe au développement du secteur par une consolidation de ces systèmes agroalimentaires, pourrait tout aussi bien causer des nuisances en évinçant certains acteurs (transformatrices) du marché. Une nécessaire intervention des autorités étatiques ou des organismes d’aide au développement devrait établir un équilibre et permettre aux différents acteurs de mieux s’adapter face à cette nouvelle situation

Mots-clés : CYPERUS ESCULENTUS ; HIBISCUS SABDARIFFA ; FILIERE ; SYSTEME AGROALIMENTAIREProduction, transformation, commercialisation ; SYSTEME DE PRODUCTION LOCALISE ; RENTABILITE ; TRAITEMENT ; SECTEUR AGROINDUSTRIEL ; BURKINA FASO

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 21 juin 2014, mise à jour le 17 novembre 2017