Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2013 → L’importance et l’avenir du coton en Afrique de l’Ouest : cas du Mali

Université de Grenoble (2013)

L’importance et l’avenir du coton en Afrique de l’Ouest : cas du Mali

Bagayoko, Karim

Titre : L’importance et l’avenir du coton en Afrique de l’Ouest : cas du Mali

Future and importance of cotton in West Africa : Malian case

Auteur : Bagayoko, Karim

Université de soutenance : Université de Grenoble.

Grade : Doctorat : Sciences économiques : Grenoble : 2013

Résumé
Cette thèse vise à démontrer l’intérêt du coton dans l’économie africaine particulièrement malienne basée à 70% sur le secteur primaire dans lequel la part de l’agriculture est estimée à environ 60 à 70% avec un taux d’employabilité dépassant plus de 60% de la population active. Aussi, elle soulève des interrogations quant au devenir de cette culture au regard des perturbations que connaît depuis plus d’une décennie le marché mondial du coton. Ce faisant, dans un premier temps, et sur plusieurs périodes, l’analyse des données statistiques à travers les tableaux, les graphiques, les figures et mêmes des cartes a permis de mettre en évidence l’importance pluridimensionnelle (économique, socioculturelle et environnementale, etc.) de cette culture au triple plan mondial, africain et notamment malien. Face, au grand intérêt suscité par la production du coton, des divergences vont naître à plusieurs niveaux conduisant à ce qu’on a appelé la guerre du coton. Ensuite, si d’une part les raisons historiques et géopolitiques ont été avancées pour justifier cette guerre autour du coton, d’autre part, il a été rappelé que celle-ci se manifeste à travers les nombreuses négociations et discussions qui s’enlisent sur le dossier coton notamment au niveau de l’Organisation Mondiale du Commerce qui, peine à faire respecter, ses propres règles de base (visant la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires ) par certains pays appelés « Price makers ». Autre manifestation de la guerre du coton a été expliquée par le volume important des subventions américaines, européennes et chinoises versées sous toutes les formes par les pays développés à leurs producteurs au détriment de ceux des pays pauvres singulièrement africains. Plusieurs études à l’appui des modèles et outils d’analyse d’impacts ont confirmé la corrélation négative entre les subventions et le cours mondial du coton exprimé par l’indice Cotlook A. A cet effet, il s’avère que les subventions versées par les pays développés se traduisent par une baisse du cours mondial du coton en moyenne de 15% (entre 3 à 28% selon les cas). Pour arrêter cette pratique des subventions, plusieurs ententes se sont constituées au premier chef, l’Initiative Sectorielle Africaine constituée des pays du C4 depuis la conférence ministérielle de Cancun en septembre 2003 et au second, viennent les initiatives au sein de l’UEMOA et du partenariat UE-Afrique autour du dossier coton. Enfin, dans la dernière partie de ce travail, le problème du coton va au-delà des questions de subventions et de prix qui semblent conjoncturelles. Ainsi, certains chercheurs proposent, outre l’abandon des subventions, une réforme structurelle des filières cotonnières en passant par la libéralisation du secteur et la valorisation (transformation) du coton et de ses sous produits, l’opportunité de cultures alternatives au coton conventionnel, sans oublier la formalisation des aides bilatérales et multilatérales afin de soutenir en perspective les actions envisagées.

Mots Clés : Coton — Industrie et commerce — Afrique occidentale — Prix agricoles — Soutien — Mali — Conditions économiques — Coton Réformes structurelles Guerres et négociations sur le coton au plan national Initiative sectorielle africaine Subventions Mali

Présentation (SUDOC-ABES)

Texte intégral

Page publiée le 24 juin 2014, mise à jour le 29 janvier 2017