Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2002 → Les aménagements hydro-agricoles du bassin versant de l’Anambé, Sénégal : gestion foncière et perspectives

CNEARC ESAT (Montpellier) 2002

Les aménagements hydro-agricoles du bassin versant de l’Anambé, Sénégal : gestion foncière et perspectives

Bernard F.

Titre : Les aménagements hydro-agricoles du bassin versant de l’Anambé, Sénégal : gestion foncière et perspectives

Auteur : Bernard F.

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Master of Science Développement Agricole Tropical, option GSE (Thèse M.Sc.)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale) 2002

Résumé
La SODAGRI a installé des périmètres irrigués à vocation rizicole dans le bassin versant de l’Anambé, dans la région du Fouladou (Sénégal). Cette installation a eu lieu sur des terres appartenant à des terroirs villageois régis par les lois " traditionnelles " et destinés aux pâturages d’hivernage. La construction d’aménagements hydro-agricoles a provoqué une rupture avec les modes " traditionnels " de gestion des terres. La mise sous le coup de la loi " moderne " a eu pour conséquence de créer un climat d’insécurité foncière pour les exploitants. Les parcelles aménagées n’ont pas aux yeux des paysans un statut stable. Le fonctionnement des périmètres irrigués sur un mode dirigiste, la perturbation qu’ils ont occasionnée sur la gestion des terroirs et la mauvaise conjoncture économique pour la production rizicole, n’ont pas permis aux paysans l’appropriation de ce nouvel espace, ni l’apprentissage de l’agriculture irriguée. Cet ensemble de facteurs a lourdement pénalisé la mise en valeur des parcelles aménagées. Aujourd’hui, la SODAGRI est dans une phase de transfert de compétences, le mode de fonctionnement des périmètres irrigués se doit d’être réformé pour favoriser l’adoption par les usagers et optimiser la mise en valeur. Les parcelles aménagées doivent trouver un statut, ce qui implique l’adaptation de règles locales de gestion de terroir en accord avec la loi sur le Domaine National. Les paysans doivent retrouver une forme d’autogestion sur cet espace afin de respecter les structures sociales et construire une nouvelle représentation du foncier irrigué. La terre n’est qu’un facteur de production sans valeur si l’eau n’y est pas amenée efficacement. La réforme de gestion de l’eau doit être concomitante de la réforme foncière.

Sujet : Périmètre irrigué ; Gestion foncière ; Aménagement de bassin versant ; Groupe d’intérêt ; Paysannerie ; Enquête ; Sénégal - Anambe

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 26 juin 2014, mise à jour le 18 décembre 2017