Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Analyse des mécanismes de financement de la production maraîchère : cas de la zone de Potou (Louga, Sénégal)

CNEARC (Montpellier) 2005

Analyse des mécanismes de financement de la production maraîchère : cas de la zone de Potou (Louga, Sénégal)

Dieye M’Bengue Binta

Titre : Analyse des mécanismes de financement de la production maraîchère : cas de la zone de Potou (Louga, Sénégal)

Auteur : Dieye M’Bengue Binta

Etablissement de soutenance : CNEARC (Montpellier)

Diplôme : Master Acteurs du Développement Rural (ADR) 2005

Résumé
Le maraîchage est une activité d’une très grande importance dans la zone de Potou (Louga, Sénégal). L’oignon est la principale spéculation avec des productions de plus de 25000 Tonnes par an. Malgré cette importance, l’une des contraintes majeures à l’expression du potentiel réel du maraîchage est le financement dans le contexte de restructuration du système bancaire et d’apparition des systèmes financiers décentralisés. L’étude sur l’analyse des mécanismes de financement du sous secteur du maraîchage dans la zone de Potou a fait ressortir que la grande majorité des producteurs de la zone sont financés par le secteur informel (les commerçants qui sont les gros producteurs de la zone) et les mutuelles. La CNCAS investit des sommes énormes pour le financement en fonds de roulement communément appelé crédit de campagne mais pour une petite minorité de producteurs (la catégorie des gros producteurs). Les crédits moyens et longs termes sont presque inexistants ce qui compromet sérieusement les possibilités d’investissements en équipements et infrastructures dans le secteur vu le faible pouvoir d’accumulation des producteurs dû aux charges énormes liées à la production et précisément à la main d’oeuvre. Les causes principales du non financement des crédits moyens et longs termes sont liées à la sécurisation du crédit et des revenus des producteurs, à l’absence de ressources longues pour les SFD ( faible mobilisation de l’épargne locale) mais aussi au manque d’information. En effet l’inaccessibilité à la CNCAS n’est pas pour la plupart d’ordre économique comme on peut le penser mais est dans une certaine mesure, liée au manquement d’informations. Beaucoup de producteurs considèrent d’emblée qu’ils ne peuvent accéder aux banques : est une idée préconçue. Pour améliorer l’offre de financement dans la zone de Potou certaines actions allant dans le sens de la sécurisation des revenus et du crédit, de la mobilisation de l’épargne mais aussi de la réduction de l’asymétrie dans l’information doivent être entreprises. Etant donné sa mission fondamentale d’appui aux producteurs l’ANCAR à un rôle à jouer dans le cadre de l’amélioration des mécanismes de financement du sous secteur du maraîchage dans la zone de Potou. De plus sans un système de crédit bien adapté le conseil agricole et rural aura une portée très limitée. L’appui de l’ANCAR se fera sous forme d’un programme de conseil agricole et rural avec différents axes d’interventions : Axe 1 : L’ANCAR doit s’atteler à nouer un partenariatavec les structures de financement par la signature de protocole d’accord et de contrat de prestation de service Axe 2 : Introduction du conseil de gestion : Axe 3 : Appui à l’organisation de la filière Axe 4 : Appui à l’amélioration de la qualité de la production Axe 5 : Introduction d’innovations techniques pour augmenter la productivité. Axe 6 : Renforcement des capacités organisations de producteurs Axe 7 : Renforcement de l’information et de la sensibilisation sur : les conditions d’accès aux structures de financements en général et la CNCAS en particulier. L’importance de la mobilisation de l’épargne pour les SFD

Sujet : Financement ; Crédit ; Culture maraîchère ; Structure de production ; Étude de cas ; Aide au développement ; Sénégal - Louga, potou

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 26 juin 2014, mise à jour le 22 décembre 2017