Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Quelles formations pour répondre aux préoccupations exprimées par les agriculteurs de M’Boro (Sénégal) ? Contribution à la réflexion sur la rénovation des dispositifs de formation agricole au Sénégal

CNEARC ESAT (Montpellier) 2005

Quelles formations pour répondre aux préoccupations exprimées par les agriculteurs de M’Boro (Sénégal) ? Contribution à la réflexion sur la rénovation des dispositifs de formation agricole au Sénégal

Cadet J.H.C. ; Le Coq Yvan

Titre : Quelles formations pour répondre aux préoccupations exprimées par les agriculteurs de M’Boro (Sénégal) ? Contribution à la réflexion sur la rénovation des dispositifs de formation agricole au Sénégal.

Auteur : Cadet J.H.C. ; Le Coq Yvan

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Master Acteurs du Développement Rural (ADR)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale) 2005

Résumé
La commune de M’Boro (Sénégal) se situe au coeur des Niayes, à proximité de grands centres urbains du pays. Le milieu se constitue d’une succession de dunes entrecoupées par des bas-fonds. La ressource en eau, abondante et accessible, permet d’irriguer le versant de ces dunes ainsi que certains basfonds. Ce milieu est mis en valeur par différentes catégories de producteurs, principalement par des saisonniers, paysans originaires de zones déficitaires du pays qui viennent chercher en saison sèche un complément de revenu. Ils y cultivent, selon les moyens d’exhaure à disposition (moto pompe ou puisard), des légumes (tomates, choux, oignons, navets) et/ou de l’arachide de contre saison. Les vergers de manguiers, les cultures de bas-fonds et l’embouche apportent des compléments de revenus aux paysans de cette zone. L’objet de la présente étude est i) de déterminer comment les paysans acquièrent et font évoluer leurs compétences pour pérenniser leur exploitation dans un contexte socio- économique et agroécologique particulièrement changeant et ii) de comprendre la représentation qu’ils se font de leur métier et les projets qu’ils ont pour leur avenir et celui de leurs enfants. Ce travail s’inscrit donc dans la réflexion sur la rénovation des dispositifs de formation agricole dont beaucoup se sont révélés inadaptés à la demande et inefficaces. Notre étude, basée essentiellement sur la conduite d’entretiens ouverts avec des paysans de toutes les catégories, démontre que l’expérimentation et les échanges entre pairs constituent des occasions de faire évoluer, rapidement, les savoirs et savoirfaire hérités des parents pour les adapter aux changements de leur environnement de travail. L’ensemble de ces mécanismes permet aux paysans de maîtriser les processus techniques de production. Aussi ces derniers n’expriment pas de demande explicite d’appui dans ce domaine. Les préoccupations exprimées par les paysans enquêtés portent sur d’autres domaines : la commercialisation de la production et le financement des activités agricoles. Face à ces difficultés, les paysans mettent en œuvre des solutions individuelles mais reconnaissent que des dynamiques collectives permettraient d’y répondre plus efficacement. Beaucoup d’entre eux orientent leur système de production vers des activités extraagricoles, jugées plus sures, et vers un système à dominante arboriculture fruitière (manguiers). L’offre de formation, abordée ici succinctement, se focalise sur des thèmes techniques et reste très fortement marquée par les pratiques de vulgarisation descendante. De notre point de vue, celle-ci devrait prendre en compte les processus d’acquisition de compétence en oeuvre dans le milieu, les conditions réelles de la production et les projets de vie des agriculteurs. Les acteurs impliqués dans la formation devraient aussi être à même d’appuyer les dynamiques collectives de changement qui ne demandent qu’à se concrétiser. Enfin, nous souhaitions souligner que, s’il est clair qu’une rénovation des dispositifs de formation agricole est nécessaire, celle-ci ne doit pas se faire au détriment du soutien apporté aux autres volets de la politique agricole. L’accès au crédit, la sécurisation du foncier et des marchés constituent autant de domaines cruciaux pour la pérennisation des exploitations agricoles.

Sujet : Culture maraîchère ; Formation agricole ; Vulgarisation ; Éducation agricole ; Innovation ; Structure agricole ; Structure de production ; Exploitation agricole familiale

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 27 juin 2014, mise à jour le 22 décembre 2017