Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2000 → Analyse des systèmes de production pratiquant l’horticulture irriguée dans la zone périurbaine de Kayes, Mali : Quelles solutions pour leur financement ?

CNEARC ESAT (Montpellier) ; ISARA (Lyon) 2000

Analyse des systèmes de production pratiquant l’horticulture irriguée dans la zone périurbaine de Kayes, Mali : Quelles solutions pour leur financement ?

Thoral Vincent

Titre : Analyse des systèmes de production pratiquant l’horticulture irriguée dans la zone périurbaine de Kayes, Mali : Quelles solutions pour leur financement ?

Auteur : Thoral Vincent

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier) ; ISARA (Lyon)

Diplôme : Ingénieur en Agronomie Tropicale option GSE 2000

Résumé
L’horticulture irriguée dans la zone périurbaine de Kayes, au Mali, est une activité en pleine expansion. Elle entre dans la plupart des systèmes de production et occupe une place pouvant aller du complément de revenu associé à des activités urbaines ou agricoles, à la principale source de revenus de l’exploitant. Le climat sahélien, extrêmement sec et chaud, ne permet la production maraîchère qu’avec une alimentation hydrique. Celle-ci est assurée par le fleuve Sénégal, dont le débit est aujourd’hui régulier grâce au barrage de Manantali. Elle est effectuée selon trois techniques différentes (exhaure mécanisée, exhaure manuelle ou culture de décrue), en fonction de la localisation de la parcelle par rapport au fleuve Sénégal et de la période de production. Grâce à un marché urbain dynamique, la production horticole est potentiellement très rentable. Cependant, les difficultés de financement des investissements à long terme (infrastructures et matériel d’irrigation) et des intrants entraînent des problèmes de pérennité et d’évolution des périmètres. Cette étude analyse la diversité des systèmes de production pratiquant l’horticulture irriguée en les replaçant dans une perspective historique puis en les caractérisant du point de vue économique (revenus et investissements). Les résultats obtenus donnent des pistes concernant les possibilités de mise en place de systèmes d’épargne et de crédit qui permettraient aux producteurs de financer le renouvellement de leur matériel et l’achat des intrants nécessaires à la production horticole. Il apparaît que les besoins en financement sont spécifiques à chaque type de système horticole (fonction des cultures pratiquées et des moyens de production) et que la mise en place de systèmes de crédit et d’épargne (caisse villageoise, système mutualiste) devra être adaptée à cette diversité.

Sujet : Horticulture ; Culture irriguée ; Périmètre irrigué ; Zone périurbaine ; Structure de production ; Structure agricole ; Financement ; Enquête sur exploitations agricoles ; Mali - Kayes

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 27 juin 2014, mise à jour le 16 décembre 2017