Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Evolution de l’occupation des sols et de l’érosion dans le bassin versant Tleta (Rif occidental, Maroc)

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2010)

Evolution de l’occupation des sols et de l’érosion dans le bassin versant Tleta (Rif occidental, Maroc)

Hammouda Nora

Titre : Evolution de l’occupation des sols et de l’érosion dans le bassin versant Tleta (Rif occidental, Maroc)

Auteur : Hammouda Nora

Université de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Ingénieur d’Etat en Agronomie (2010)

Résumé
Au Maroc, le problème de l’érosion hydrique se pose avec acuité, surtout dans la zone rifaine où des jeunes montagnes aux pentes raides, caractérisées par des formations lithologiques friables, sont particulièrement exposées à l’érosion hydrique. Sous la pression démographique, les milieux forestiers, qui occupent les pentes les plus fortes, sont peu à peu cultivés et n’assurent plus leur rôle environnemental de protection des sols. L’érosion devient alors spectaculaire et les barrages s’envasent. Cette étude a porté sur la recherche des causes de la diminution des taux d’envasement du barrage Ibn Batouta au cours des périodes récentes (1993-2000 et 2000-2003). Le présent travail expose les résultats d’une étude cartographique analysant l’évolution spatiotemporelle de l’occupation des sols du bassin versant Tleta. Il est basé sur une prospection du terrain et la photo-interprétation de photographies aériennes des missions 1992,1993 et 1994 et d’une image GeoEye. Notre étude fait le point sur l’état actuel de la dégradation du couvert végétal dans le bassin versant du barrage Ibn Batouta. Elle a produit deux cartes d’occupation des sols montrant que le matorral clair et le matorral dense ont régressé respectivement de 35% et 8% entre les années 1992 et 2009, tandis que les terrains cultivés se sont accrus de 8% par rapport à la superficie qu’ils occupaient en 1992. Cette évolution dans l’occupation des sols de ce bassin versant est moins importante que celle enregistrée entre 1963 et 1992. Sur cette période, le matorral dense avait régressé de 68% et les terrains cultivés avaient progressé de 30% par rapport aux superficies qu’ils occupaient en 1963. Ce travail cartographique du suivi de l’occupation des sols d’un bassin versant de la région de Tanger sur la période 1992-2009 montre que les cultures continuent à s’étendre au détriment du matorral mais avec un taux d’accroissement (0,47 % par an) nettement plus faible qu’au cours des trois décennies précédentes (1 % par an). La diminution du taux d’envasement du barrage Ibn Batouta peut donc vraisemblablement être en partie attribuée à une réduction des superficies défrichées.

Mots Clés : EROSION HYDRIQUE ; BASSIN VERSANT ; BARRAGE ; OCCUPATION SPATIALE ; PRESSION DEMOGRAPHIQUE ; CARTOGRAPHIE ; MAQUIS ; PHOTOGRAPHIE AERIENNE ; PHOTOINTERPRETATION / ENVASEMENT ; ZONE DE MONTAGNE

Texte intégral (IRD)

Page publiée le 27 juin 2014, mise à jour le 13 janvier 2018