Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2002 → Modalités de gestion de l’eau et de mise en valeur agricole de Forgho, dans un contexte climatique et hydrologique incertain : région de Gao, Nord-Est du Mali

CNEARC ESAT (Montpellier) 2002

Modalités de gestion de l’eau et de mise en valeur agricole de Forgho, dans un contexte climatique et hydrologique incertain : région de Gao, Nord-Est du Mali

Bocle Anne ; Esculier C.

Titre : Modalités de gestion de l’eau et de mise en valeur agricole de Forgho, dans un contexte climatique et hydrologique incertain : région de Gao, Nord-Est du Mali

Auteur : Bocle Anne ; Esculier C.

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Master of Science Développement Agricole Tropical, option GSE et AGIR (Thèse M.Sc.)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale) 2002

Résumé
La riziculture de la région du nord-Mali dépend de la pluviométrie et de la crue, deux facteurs très aléatoires. Depuis le milieu des années 1970, la région connaît un déficit pluviométrique sévère et une irrégularité du régime des crues. L’Etat, dans l’objectif de sécuriser la production alimentaire et de limiter les risques, a mené une politique de développement agricole visant entre autres à construire des aménagements hydro-agricoles. Ils mettent en valeur des terroirs agricoles et sécurisent notamment la production de riz flottant, principale denrée alimentaire de la région. Les paysans se sont adaptés à ces nouvelles conditions par la mise en œuvre de pratiques hydrauliques, culturales et sociales. Des aménagements manuels et traditionnels réalisés par les agriculteurs et l’utilisation de la motopompe individuelle sont des moyens et des outils adaptés aux conditions locales. Ils permettent réciproquement de limiter les risques hydrologiques et climatiques. Ces outils de contrôle et de mobilisation de l’eau minimisent mais laissent subsister des aléas. Les agriculteurs tentent de maintenir leur production rizicole par la mise en place de pratiques culturales traditionnelles allant de la préparation du sol à la récolte. Ils utilisent des variétés traditionnelles de riz flottant adaptées au milieu et résistantes à la submersion. L’introduction de variétés améliorées se heurte à une adoption limitée, en raison des nombreux inconvénients qu’elles présentent. L’un des principaux problèmes identifiés à l’échelle de la parcelle est la pression des adventices, concurrençant le riz flottant et réduisant son rendement. Les agriculteurs combinent les différentes pratiques en fonction de leurs priorités, de leur trésorerie et de leurs moyens de production (terre, travail, capital). Bien qu’ils aient adopté diverses pratiques, la production rizicole reste soumise aux aléas compromettant la récolte. L’intérêt d’étudier et de comprendre les modalités de la gestion de l’eau et de la mise en valeur agricole du milieu par les paysans et par les aménagements hydro-agricoles est de montrer les capacités de l’agriculteur à s’adapter aux risques climatiques et hydrologiques. Cette étude vise à identifier les principales contraintes que subissent les agriculteurs et les stratégies qu’ils poursuivent, et à mettre en exergue le système de culture le plus rentable (en terme de gestion des risques, de rendement et de valeur ajoutée brute obtenue) ainsi que l’aménagement hydraulique le mieux adapté aux contraintes du milieu et aux attentes des paysans (en terme de gestion de l’eau).

Sujet : Riz irrigué ; Riz inondé ; Oryza sativa ; Oryza glaberrima ; Gestion des eaux ; Périmètre irrigué ; Structure agricole ; Structure de production ; Enquête ; Mali - Gao

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 29 juin 2014, mise à jour le 18 décembre 2017