Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2004 → Etude des pratiques de gestion des biomasses fourragères dans les divers systèmes agropastoraux des savanes du Burkina Ouest : cas du terroir de Koro

CNEARC ESAT (Montpellier) 2004

Etude des pratiques de gestion des biomasses fourragères dans les divers systèmes agropastoraux des savanes du Burkina Ouest : cas du terroir de Koro

Diallo Abdourhamane Mamadou

Titre : Etude des pratiques de gestion des biomasses fourragères dans les divers systèmes agropastoraux des savanes du Burkina Ouest : cas du terroir de Koro

Auteur : Diallo Abdourhamane Mamadou

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale, option Productions Animales 2004

Résumé
Cette présente étude se situe dans le cadre de démarrage d’un projet de recherche-action initié par une équipe du CIRDES conduite en partenariat avec des producteurs et leurs OP (organisations paysannes) dans un but pluridisciplinaire. Le thème s’intitule : Gestion multifonctionnelle de la biomasse végétale et fourragère pour l’alimentation du bétail dans les systèmes mixtes (céréales-coton-élevage) des zones de savanes de l’Afrique de l’Ouest (Ouest du Burkina Faso et Mali Sud). Elle est basée essentiellement sur des questionnaires pré-établis. L’étude a été menée sur le terroir de Koro dans la commune de Bobo-Dioulasso (Province du Houet) sur 15 exploitations Peulhs, 15 exploitations Bobos et 9 exploitations Dioulas prises parmi les 150 unités de production présentes. Elle a mis en évidence sept types d’exploitations agricoles dont trois types d’éleveurs (E1, E2 et E3), trois types d’agriculteurs (A1, A2 et A3) et un type d’agro-pasteurs (AP). Ces types sont caractérisés par les moyens de production et les surfaces cultivées chez les paysans, par la présence d’un troupeau important et d’un bon équipement chez les agro-pasteurs et par l’importance du bétail, la façon de conduire les animaux et la culture ou non du coton chez les éleveurs. De cette typologie émergent cinq systèmes de cultures dominants et de pratiques de gestion de la fertilité des sols et trois systèmes d’élevage et de pratiques d’affouragement du bétail. La fertilité des sols connaît de sérieux problèmes, ce qui a amené les producteurs à développer des stratégies différentes de gestion au sein de leur exploitation (parcage, transport de poudrette) pour maintenir leur rendement. La diminution des zones de pâturages avec l’augmentation des surfaces cultivées au sein du terroir (70% du terroir) ont amené les producteurs à valoriser un tout petit peu (5%) leurs résidus de culture (tiges de maïs et fanes de niébé) et à s’approvisionner en sous-produits agro-industriels (tourteaux et coques) pour l’alimentation de leur bétail. Ces produits vont servir à complémenter en période de soudure leurs animaux (allaitantes surtout). C’est ainsi que certains ont intégré les cultures fourragères (Panicum, niébé fourrager) dans leur assolement. La gestion de la fertilité des sols et de l’affouragement du bétail doit être la priorité d’intervention des pouvoirs publics et des ONG. Cette intervention doit se faire par type d’exploitation pour les questions de fertilité et suivant les lots concernant l’alimentation du bétail.

Sujet : Élevage ; Système agrosylvopastoral ; Aliment pour animaux ; Parcours ; Pâturage ; Fourrage ; Plante d’abroutissement ; Biomasse ; Système de culture ; Fertilité du sol ; Structure de production ; Structure agricole ; Savane ; Burkina Faso - Ouest

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 29 juin 2014, mise à jour le 21 décembre 2017