Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Le passage de l’abattis brûlis à l’association agriculture élevage dans le cercle de Kita : un diagnostic agraire pour expliquer cette dynamique

CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESAP (Toulouse) 2005

Le passage de l’abattis brûlis à l’association agriculture élevage dans le cercle de Kita : un diagnostic agraire pour expliquer cette dynamique

Guignand Jérémie

Titre : Le passage de l’abattis brûlis à l’association agriculture élevage dans le cercle de Kita : un diagnostic agraire pour expliquer cette dynamique

Auteur : Guignand Jérémie

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESAP (Toulouse)

Diplôme : Diplôme d’Agronomie Tropicale/Mémoire ( Ingénieur de l’ESA de Purpan Toulouse 2005

Résumé
Au Mali, dans le cadre du Programme d’Amélioration des Systèmes d’Exploitation de la zone cotonnière, un diagnostic agraire a été réalisée dans le cercle de Kita pour comprendre la dynamique agraire et caractériser la diversité des systèmes de production actuels. Il apparaît que dans cette zone à la topographie discontinue, les plaines et glacis et les sols qui y sont associés ont inégalement répartis dans le paysage. Or, sous climat soudanien, la nature des sols est déterminante de leur mode de mise en valeur. Historiquement, la notion de fertilité de ces sols a évolué. Avec un outillage strictement manuel, les sols légers de glacis cultivés sur abattis-brûlis ont constitué les sols les plus fertiles du fait de la moindre pression en adventices. Puis, le passage à la culture attelée d’une part puis l’utilisation des herbicides a permis la mise en culture continue des sols lourds de plaine chimiquement plus fertiles. Cette dynamique engendre une nette différenciation dans le paysage entre une zone à l’Ouest du fleuve Badinko où les sols légers dominent et une zone situé à l’Est où les sols légers plus récemment peuplée et qui constitue toujours une zone d’accueil pour de nombreux cultivateurs. A l’heure actuelle, l’enrichissement des exploitations se traduit par la généralisation de la culture attelée mais aussi par l’acquisition de bovins. La fumure organique produite est utilisée pour intensifier les champs de case puis les champs de brousse et permet ainsi une intensification générale des systèmes de culture. Celle là est d’une part une condition du passage à la culture continue sur les glacis mais elle permet aussi aux exploitations des sols de plaine d’améliorer leurs performances économiques et d’ainsi augmenter leur cheptel bovin. Aussi peut-on parler de cercle vertueux de l’association agriculture-élevage.

Sujet : Système agropastoral ; Système de culture ; Élevage ; Structure agricole ; Structure de production ; Intensification ; Culture continue ; Brûlage dirigé ; Enquête sur exploitations agricoles ; Mali - Kati

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 30 juin 2014, mise à jour le 22 décembre 2017