Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2000 → Analyse de la démarche et des actions du projet de développement rural dans l’arrondissement d’Aguie (PDRAA) au Niger : participation et contribution de la population à leur mise en oeuvre

CNEARC ESAT (Montpellier) 2000

Analyse de la démarche et des actions du projet de développement rural dans l’arrondissement d’Aguie (PDRAA) au Niger : participation et contribution de la population à leur mise en oeuvre

Moussa Mahamane Laouali

Titre : Analyse de la démarche et des actions du projet de développement rural dans l’arrondissement d’Aguie (PDRAA) au Niger : participation et contribution de la population à leur mise en oeuvre

Auteur : Moussa Mahamane Laouali

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Master of Science Développement Agricole Tropical, (Thèse M. Sc.) option AGIR/ Ingénieur en Agronomie Tropicale 2000

Résumé
Le Projet de Développement Rural dans l’Arrondissement d’Aguié (PDRAA) au Niger est un projet intégré, financé depuis 1992 par le FIDA. Il met en œuvre diverses actions de développement avec le soutien du gouvernement nigérien et des populations locales. Pour étudier la participation et la contribution des populations à travers la démarche et les actions mises en œuvre, nous avons considéré un échantillon de onze associations villageoises (AV) soit 10% des 110 dans lesquelles intervient le projet. Nous avons utilisé des outils du diagnostic rapide en milieu rural (RRA) pour la collecte des informations. Il ressort de l’étude qu’aucun village enquêté n’a adressé de demande d’intervention et que 73% (soit 8 sur 11) de ces villages ne bénéficient plus des actions de crédit pour cause d’impayés. En fait, malgré la mise en œuvre de diverses actions novatrices dans le domaine de la préservation et de la gestion des ressources naturelles, il semble que la participation des populations ait été limitée par : · l’insuffisance de la maîtrise de l’approche participative par les cadres chargés de mettre en œuvre le projet ; · le faible niveau d’organisation des agriculteurs qui n’ont pas toujours pu exprimer leurs préoccupations et gérer efficacement leurs affaires ; · l’interruption des activités du projet entre mars 1995 et juin 1997. Par rapport à la contribution des différents partenaires, si celle de l’Etat du Niger est en deçà des prévisions, le financement du FIDA est très proche des prévisions (effet dévaluation) alors que la contribution des populations est légèrement excédentaire

Sujet : Évaluation de projet ; Groupe d’intérêt ; Gestion des ressources ; Ressource naturelle ; Paysannerie ; Diagnostic rural rapide ; Participation ; Niger - Centre

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 30 juin 2014, mise à jour le 16 décembre 2017