Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Le défi de la mise en marché collective des produits maraîchers dans les organisations du Sud : cas de la Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger

Irc Montpellier SupAgro Institut des régions chaudes - ESAT (Montpellier) 2006

Le défi de la mise en marché collective des produits maraîchers dans les organisations du Sud : cas de la Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger

Darphin Laura ; Domarle Jonathan

Titre : Le défi de la mise en marché collective des produits maraîchers dans les organisations du Sud : cas de la Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger

Auteur : Darphin Laura ; Domarle Jonathan

Etablissement de soutenance : Irc Montpellier SupAgro Institut des régions chaudes - ESAT (Montpellier)

Diplôme : Mémoire (Diplôme d’Ingénieur Agronome de l’ENSA Montpellier) 2006

Résumé
Cette étude est l’aboutissement de 6 mois de travail au Niger. Elle prétend préciser les contraintes et les opportunités des producteurs et des coopératives maraîchères pour développer une mise en marché collective. Le Niger est un pays sahélien enclavé où plus de 90% de la population vivent mal de l’agriculture. Les épisodes de sécheresse fragilisent les maigres résultats de l’agriculture pluviale et du pastoralisme. Ils se traduisent trop souvent par des situations de crises alimentaires. Dès l’indépendance, l’Etat intervient dans le secteur agricole nigérien sans pour autant parvenir à instaurer les bases de la sécurité alimentaire. En moins de 30 ans, la politique du « tout Etat » atteint ses limites et le pays est contraint de d’accepter les plans d’ajustement structurel. Le développement du maraîchage au Niger permet d’étaler les revenus des producteurs et sécurise l’emploi. Il existe une très grande diversité de producteurs maraîchers mais la plupart d’entre eux sont confrontés aux mêmes problèmes : accès aux intrants, financement de la campagne et faible valorisation de la production. Ces difficultés pourraient favoriser l’organisation des producteurs maraîchers mais elle reste pourtant limitée. En effet, sans pratique des responsabilités et sans moyen, les producteurs parviennent rarement à développer des activités collectives. La Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger (FCMN-NIYA) est une organisation faîtière. En 2006, elle rassemble 80 coopératives ou union de coopératives et près de 15 000 producteurs. Malgré des problèmes d’organisation et des ressources financières insuffisantes, avec le soutien des organismes de coopération internationale, la Fédération participe au renforcement des organisations de base, défend les intérêts des producteurs maraîchers et les appuie pour la production et la commercialisation. A ce titre, depuis 2004, la FCMN bénéficie du soutien de la coopération française pour développer un centre de commercialisation. Pourtant l’insuffisance des moyens humains, financiers et techniques ne lui permet pas d’obtenir les résultats attendus. Le centre de commercialisation qui avait ouvert ces portes en novembre 2005, s’arrête 6 mois plus tard. Aujourd’hui, la FCMN tire les leçons de cette première expérience et espère rouvrir le centre grâce à l’appui d’un nouveau partenaire. Ensemble, ils s’engagent dans une politique de petits succès. La redéfinition des objectifs du centre limite les risques d’échec mais exclue la plupart des producteurs initialement concernés. Certains pré-requis sont avant tout indispensables pour redémarrer les activités.

Sujet : Coopération commerciale ; Coopérative agricole ; Culture maraichère ; Commercialisation ; Paysannerie ; Analyse ; Diagnostic ; Niger - Niamey ; Niger - Tillabery

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 30 juin 2014, mise à jour le 23 décembre 2017