Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Intensification en eau ou developpement de l’élevage, quelles options pour l’agriculture post soviétique du Sud Kirghizistan ? : Diagnostic agraire du district de Bazar Kourgan

CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESA (Angers) 2006

Intensification en eau ou developpement de l’élevage, quelles options pour l’agriculture post soviétique du Sud Kirghizistan ? : Diagnostic agraire du district de Bazar Kourgan

Audois M. ; Salinier J .

Titre : Intensification en eau ou developpement de l’élevage, quelles options pour l’agriculture post soviétique du Sud Kirghizistan ? : Diagnostic agraire du district de Bazar Kourgan.

Auteur : Audois M. ; Salinier J .

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESA (Angers)

Diplôme : Mémoire (Diplôme d’Agronomie Tropicale)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur en Agriculture de l’ESA d’Angers)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur en Horticulture de l’INH-ENIHP d’Angers) 2006

Résumé
Ce diagnostic agraire a été réalisé au Kirghizistan d’avril à août 2006. Il est basé sur un travail de terrain d’analyse paysagère, et d’enquêtes historiques, techniques et économiques. La zone d’étude se situe au Sud du pays, dans la partie kirghize de la vallée densément peuplée du Ferghana (district de Bazar Kourgan). La demande est centrée sur l’étude d’une zone irriguée à prédominance cotonnière, mais pour comprendre le fonctionnement global du système agraire, les cultures non irriguées de collines ainsi que l’élevage transhumant sont aussi étudiés. L’histoire est celle d’un accroissement constant de la surface irriguée dans la vallée, pour répondre aux besoins du coton, donnant du travail à une population importante ; à toutes les époques, l’élevage transhumant permet de mettre en valeur les pâturages d’altitude . Après l’éclatement de l’URSS, les terres des kolkhozes ont été distribuées à une population agricole en augmentation, qui a donc reçu de petites surfaces, mais avec des variations spatiales. Les petits propriétaires cultivent donc des produits maraîchers, consommant beaucoup d’eau, tandis que les plus grands sèment du coton cultivé par de la main d’oeuvre ouzbek peu chère. L’espace irrigué est limité, et le marché foncier est fermé ; aussi les agriculteurs qui le peuvent investissent dans l’élevage transhumant ou, récemment, en stabulation, malgré l’importance des dépenses pour l’alimentation hivernale. L’évaluation économique des systèmes de production montre que si les éleveurs et grands propriétaires accèdent à un revenu élevé, beaucoup de familles n’atteignent pas le seuil de survie. C’est pourquoi d’une part elles possèdent souvent des activités complémentaires en ville, et d’autre part leurs membres partent travailler quelques années en Russie. Une bonne gestion de l’eau à l’avenir est fondamentale dans la zone, car elle est nécessaire à la pérennité des exploitations des petits agriculteurs familiaux, qui sont en augmentation.

Sujet : Gossypium hirsutum ; Élevage ; Système agropastoral ; Irrigation ; Culture irriguée ; Méthode d’irrigation ; Intensification ; Structure d’exploitation agricole ; Exploitation agricole familiale ; Structure de production ; Groupe d’intérêt ; Enquête sur exploitations agricoles ; Kirghizistan - sud, bazar kourgan

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 1er juillet 2014, mise à jour le 23 décembre 2017