Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Contribution à l’étude des interactions entre dynamiques foncières et agraires dans le Sud-Ouest du Burkina Faso : cas de Banzon et Samandéni : diagnostic agro-socioéconomique

CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESITPA (Le Vaudreuil) 2006

Contribution à l’étude des interactions entre dynamiques foncières et agraires dans le Sud-Ouest du Burkina Faso : cas de Banzon et Samandéni : diagnostic agro-socioéconomique

Canvaroue Delphine ; Tordina Ngaye

Titre : Contribution à l’étude des interactions entre dynamiques foncières et agraires dans le Sud-Ouest du Burkina Faso : cas de Banzon et Samandéni : diagnostic agro-socioéconomique

Auteur : Canvaroue Delphine ; Tordina Ngaye

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier) ; ESITPA (Le Vaudreuil )

Diplôme : Mémoire (Diplôme d’Agronomie Tropicale)/Mémoire (Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles de l’ESITPA) 2006

Résumé
La méthode de diagnostic agraire utilisée pour la rédaction de ce mémoire se base sur des enquêtes de terrain auprès des paysans dans deux villages situés à l’ouest du Burkina Faso. Il s’agit plus précisément du village de Banzon orienté vers la production de riz et du village de Samandéni axé sur la production de coton. L’objectif global de notre étude est de comprendre et d’analyser l’évolution des exploitations agricoles en interrelation avec les modes de gestion foncière. Pour cela nous avons choisi de mener ce diagnostic agraire à l’échelle du village mais également à l’échelle du système de production familial. Nous avons pu montrer dans chacun des villages comment le milieu biophysique influe sur la mise en valeur du territoire villageois. Nous analysons également l’histoire du peuplement et l’évolution des pratiques agricoles qui ont évolués conjointement aux modalités de gestion foncière. Ceci pour arriver à l’heure actuelle à une pluralité des acteurs du foncier qui revendiquent leur pouvoir sur la terre. De plus, face à l’augmentation démographique dû au croit naturel et aux migrations, la pression foncière sur les terres s’accentue. L’ensemble du territoire villageois est occupé. Cette rareté de l’espace disponible engendre des tensions entre les différents villages, entre les cultivateurs selon qu’ils soient autochtones, migrants, aînés ou cadet de la famille. Au sein des familles, où chacun revendique son droit à l’héritage et souhaite accéder aux bénéfices provenant des diverses activités agricoles. Différentes stratégies sont alors développées par les familles pour assurer un avenir à leur enfant. Cependant, les règles foncières, sont constituées de mécanisme de fonctionnement qui ne sont pas forcément connu par l’ensemble de la population de notre zone d’étude.

Sujet : Structure agricole ; Mode de faire-valoir ; Gestion foncière ; Structure de production ; Droit coutumier ; Association d’agriculteurs ; Participation ; Étude de cas ; Enquête ; Burkina Faso - Sud ouest, houet ; Burkina Faso - Sud ouest, kenedougou

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 1er juillet 2014, mise à jour le 23 décembre 2017