Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Apprentissage de la durabilité par les producteurs de coton dans la commune de Koumbia, Burkina Faso

Montpellier SupAgro (2012)

Apprentissage de la durabilité par les producteurs de coton dans la commune de Koumbia, Burkina Faso

Baudoin Alice

Titre : Apprentissage de la durabilité par les producteurs de coton dans la commune de Koumbia, Burkina Faso

Auteur : Baudoin Alice

Etablissement de soutenance : Montpellier SupAgro

Diplôme : Master Recherche Agriculture, alimentation et développement durable - A2D2 (2012)

Résumé
Les exploitations cotonnières familiales du Burkina Faso, comme la plupart des exploitations agricoles africaines, doivent faire face à une pression accrue sur les ressources et à un contexte économique, sociale et politique très incertain. Faciliter l’innovation au sein de ces exploitations est un défi pour la recherche et doit leur permettre de progresser vers plus de durabilité, c’est-à-dire de mieux s’adapter aux aléas de leur environnement. L’étude s’inscrit dans la démarche de mise en place de plateformes d’innovations par le projet CORAF. Ces plateformes visent à créer un espace d’échange entre les différents acteurs de la chaine de valeur Coton, qui doit permettre aux producteurs d’innover et de répondre par eux-mêmes à leurs problèmes, rompant ainsi avec la tradition du transfert d’innovation. Pour éclairer la définition de ces plateformes, on se propose d’analyser les processus d’apprentissages développé ou pratiqué par le producteur pour s’adapter et faire évoluer son exploitation. (1) On suppose ainsi qu’il existe des apprentissages qui mènent vers plus de durabilité pour ces ménages. La zone d’étude, située dans la commune de Koumbia, a fait l’objet de nombreuses interventions extérieures, en étroite relation avec la recherche. (2) De par la crédibilité dont bénéficient les messages véhiculés par ces projets et l’appui matériel souvent associé, ces interventions affectent les apprentissages (la nature et la forme d’apprendre) des producteurs et leur évolution vers plus de durabilité. Nous nous sommes appuyés sur la notion de « régimes d’apprentissages », employé en gestion pour caractériser un phénomène et dont les variables discriminantes permettent d’évaluer le résultat. Les régimes identifiés sont : « Optimisateur-Observateur », « Réseau-Réactif », « Exploitation-Centrée » et « Apprenti ». Ces régimes ont été étudiés au travers d’entretiens qualitatifs qui ont également permis de définir trois profils d’apprenants différents : « curieux », « suiveur » et « indépendant » c’est-à-dire ???. Si l’apport de l’étude est principalement méthodologique, certaines tendances semblent se dégager des résultats. Il existe une corrélation entre profil d’apprenant et régimes mis en place pour la plupart des domaines de durabilité abordés, les « curieux » ayant tendance à développer des régimes d’apprentissage plus complexes. Ces régimes impliquant des apprentissages transformatifs tendent à favoriser la progression de ces exploitations vers plus de durabilité. Les résultats varient entre domaine de durabilité, soulignant l’importance de leurs caractéristiques intrinsèques et de leur explicitation par le contexte informationnel. Enfin, les interventions ayant eu lieu dans la zone semblent avoir favorisé la mise en place de régimes basés sur le réseau et moins sur une attitude proactive de recherche de l’information. Toutefois, les producteurs qui ont réussi à dépasser le verrouillage technologique du coton et des GPC sont ceux qui ont mobilisés des régimes Exploitation-Centrée, soulignant le fait que le capital social est à la fois moteur et frein au changement.

Sujet : Durabilite ; Exploitation familiale ; Apprentissage ; Innovation ; Burkina Faso

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Version intégrale

Page publiée le 1er juillet 2014, mise à jour le 28 décembre 2017