Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2003 → Dynamisation commerciale de la filière karité au Burkina-Faso : vers de nouvelles formes de mise en marché

CNEARC ESAT (Montpellier) 2003

Dynamisation commerciale de la filière karité au Burkina-Faso : vers de nouvelles formes de mise en marché

Guegan M.

Titre : Dynamisation commerciale de la filière karité au Burkina-Faso : vers de nouvelles formes de mise en marché

Auteur : Guegan M.

Etablissement de soutenance : CNEARC ESAT (Montpellier)

Diplôme : Ingénieur en Agronomie Tropicale 2003

Résumé
Le beurre de karité est un produit de plus en plus recherché sur les marchés internationaux du fait de ses qualités nutritionnelles ou cosmétiques remarquables. La matière première de ce beurre, l’amande de karité, est produite en Afrique et le Burkina Faso en est l’un des principaux pays producteurs. Jusqu’à présent, les exportations de karité vers les pays industrialisés se sont faites en grande majorité sous forme d’amandes, impliquant ainsi que la majeure partie de la valeur ajoutée du beurre est générée à l’extérieur des pays producteurs. Au Burkina Faso pourtant, les femmes possèdent un savoir-faire qui leur permet de produire du beurre de façon artisanale, utilisé localement (pour l’autoconsommation ou la vente locale). Certaines de ces femmes, appuyées par des institutions de développement, ont constitué des groupements de productrices et se sont orientées vers la production d’un beurre de qualité pour l’export. Elles ont ainsi bénéficié de nombreuses formations dans le domaine de la qualité et d’appuis pour la mise en marché. Après plusieurs années d’aide aux groupements de productrices, le CECI, institution canadienne de développement, a mis en évidence deux choses : la bonne qualité du beurre produit par ces groupements mais la persistance de problèmes pour la commercialisation. Dans le cadre d’un nouveau projet d’appui à la filière, et dans le but de mieux répondre aux exigences des acheteurs à l’export, cette institution a décidé de mettre en place de nouvelles structures de commercialisation du beurre, constituant une interface entre les productrices et le marché. Afin de déterminer le type de structure le plus adéquat à mettre en place, une étude sur les groupements existants et sur les acheteurs actuels et potentiels a été menée. Cette étude a mis en évidence deux grandes formes d’organisation des productrices : les groupements urbains semblables à des entreprises privées et les groupements ruraux où la production reste effectuée de façon individuelle. Les acheteurs quant à eux susceptibles d’acheter un beurre de qualité sont essentiellement les industriels nationaux ou internationaux spécialisés dans l’agro-alimentaire et la cosmétique. Dans ce contexte, plusieurs scénarii de structures de commercialisation ont été envisagés, allant de l’entreprise de services jusqu’à la coopérative, en passant par l’évolution simple des groupements existants vers un statut d’entreprise privée. Il est apparu comme fondamental d’adapter chacune de ces structures à la diversité des formes d’organisation des productrices en amont.

Sujet : Butyrospermum paradoxum ; Beurre végétal ; Femme ; Travail ; Circuit de commercialisation ; Exportation ; Groupe d’intérêt ; Zone rurale ; Zone urbaine ; Technologie traditionnelle ; Enquête ; Burkina Faso

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 1er juillet 2014, mise à jour le 19 décembre 2017