Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Stratégies paysannes et dynamique conservatoire de l’espèce africaine de riz cultivé Oryza glaberrima : Etude exploratoire dans deux villages de la région des Cascades au Burkina Faso

Irc Montpellier SupAgro Institut des régions chaudes (2012)

Stratégies paysannes et dynamique conservatoire de l’espèce africaine de riz cultivé Oryza glaberrima : Etude exploratoire dans deux villages de la région des Cascades au Burkina Faso

Anginot Raphaëlle

Titre : Stratégies paysannes et dynamique conservatoire de l’espèce africaine de riz cultivé Oryza glaberrima : Etude exploratoire dans deux villages de la région des Cascades au Burkina Faso

Auteur : Anginot Raphaëlle

Etablissement de soutenance : Irc Montpellier SupAgro Institut des régions chaudes

Diplôme : Ingénieur SAADS (Systèmes Agri. et Agro. Alim. Durables au Sud) - Irc - Montpellier SupAgro (2012)

Résumé
L’espèce endémique africaine de riz cultivé Oryza glaberrima représente un fort enjeu de conservation de la biodiversité cultivée. Domestiqué en Afrique, O. glaberrima est avant tout caractérisé par son adaptation aux conditions locales. Malgré son plus faible potentiel de production que les variétés de l’espèce asiatique Oryza saliva, l’espèce africaine constitue ainsi une réserve de gènes à mettre en valeur pour l’amélioration variétale du riz et la sécurité alimentaire en Afrique. Or, sa culture a été largement abandonnée au profit de l’espèce asiatique, mettant en péril sa conservation. L’enjeu de cette étude est de fournir des clés de compréhension sur les motivations des agriculteurs à abandonner ou à cultiver les variétés d’O. glaberrima. La production de connaissances sur l’espèce et sur sa dynamique, à travers les pratiques et les savoirs locaux, vont permettre d’identifier sur quels ressorts peut s’appuyer la mise en place d’une conservation in-silu. Les pratiques et les perceptions paysannes ont été étudiées dans deux villages de la région des Cascades au Burkina Faso. Dans les deux sites, les variétés de l’espèce sont passées d’une culture monopolistique à une culture très marginale en moins de cinquante ans, confirmant la fragilité de la dynamique conservatoire actuelle. Les facteurs de ce déclin sont intimement liés aux dynamiques agraires de la région, à savoir en priorité le développement du coton comme pilier des systèmes de production dans les années 1990. Dans le premier site, les caractéristiques de la récolte de la principale variété d’O. glaberrima cultivée, un riz flottant, ne permettent pas aux agriculteurs de maintenir ces deux cultures simultanément. Parallèlement, la baisse importante du niveaux d’inondation requiert une adaptation des pratiques qui passe par des changements variétaux. D’autre part, la meilleure productivité des variétés de l’espèce asiatique a été soulignée comme facteur d’abandon, en lien avec les modifications du milieu biophysique et l’évolution des pratiques de fertilisation. La forte demande en travail agricole (lié à la verse en conditions d’immersion profonde pour le riz flottant) mais surtout en travail domestique (lié à la couleur rouge du caryopse) sont également à l’origine du rejet des variétés d’O. glaberrima. Pourtant, elles représentent des atouts incomparables à l’origine de leur utilisation par certains agriculteurs dont le système de production le permet : O. glaberrima est un riz « qui lutte contre la faim », grâce à une forte valeur nutritive et une capacité d’adaptation aux conditions du milieu (diminution du risque hydrologique et économie d’intrants). Il intervient ainsi comme un levier de sécurité alimentaire dans les périodes difficiles, surtout en période de soudure. Son rôle socio- économique semble être le principal déterminant de son maintien. Au delà de la dimension alimentaire, la culture d’O. glaberrima est portée par une dimension culturelle et identitaire, dans des mesures différentes suivant l’histoire rizicole locale. Finalement, O. saliva ne présente pas des caractéristiques variétales plus avantageuses dans l’absolu : les stratégies des agriculteurs vis à vis de la culture d’O. glaberrima se situent toujours dans l’interaction entre les caractéristiques propres de ces variétés avec le contexte de production. La diversité des situations est ainsi à l’origine de dynamiques très localisées.

Sujet : Oryza glaberrima ; Riz inondé ; Structure de production ; Participation ; Conservation des ressources ; Stratégies de développement rural ; Burkina Faso - Région des Cascades

Présentation (Montpellier Sup Agro)

Page publiée le 9 novembre 2015, mise à jour le 28 décembre 2017