Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1996 → Gestion et évolution du système agraire en milieu Malinké à la périphérie d’une forêt classée (Sénégal)

ENESAD : Dijon (1996)

Gestion et évolution du système agraire en milieu Malinké à la périphérie d’une forêt classée (Sénégal)

Dembélé Fily

Titre : Gestion et évolution du système agraire en milieu Malinké à la périphérie d’une forêt classée (Sénégal)

Auteur : Dembélé Fily

Université de soutenance : ENESAD : Dijon

Grade : DAA, (1996)

Résumé
Cette étude a été conduite dans un village Malinké du Sénégal en l’occurrence Netteboulou, chef lieu de communauté rurale. Ce village situé dans l’arrondissement de Missirah et dans le département de Tambacounda présente un certain nombre de contraintes géographiques. En effet, le terroir villageois est coincé entre la forêt classée de Gouloumbou, le fleuve Gambie et la frontière de la République gambienne. Il s’est agi dans un premier temps d’étudier la gestion et l’évolution du système agraire de ce terroir qui semble connaître une certaine stabilité dans l’occupation de l’espace agricole malgré ces contraintes d’ordre géographique. Aussi, l’étude de l’agro-système villageois a pu apporter des précisions sur cette stabilité avec l’abandon de champs éloignés au profit de case et de brousse avec un écourtement de la période de jachère. Mais c’est au niveau de l’étude des exploitations agricoles échantillons qu’on a pu déterminer les facteurs internes qui ont concouru à cette nouvelle gestion du terroir. En effet, l’introduction de la culture du coton avec ses conséquences sur le développement de la culture attelée ainsi que le parcage des animaux dans les champs de case sont les responsables essentiels de cette gestion nouvelle du terroir. Si les différentes exploitations étudiées présentent des atouts et contraintes particulières dans leur fonctionnement, il n’en demeure pas moins que tout le terroir villageois vit une situation d’ensemble où les besoins de fumure organique sont incompatibles avec l’augmentation du cheptel à cause des limites de possibilités dans l’alimentation des animaux. Par ailleurs, l’introduction du coton dans l’assolement a contribué à la dégradation des sols et à la destruction des relations sociales. La question principale est naturellement la survie du système quand on sait qu’aucune solution de rechange n’est jusqu’à présent proposée par la recherche

Mots Clés : SYSTEME AGRAIRE ; COMMUNAUTE VILLAGEOISE ; TERROIR ; FONCIER RURAL ; RELATION AGRICULTURE ELEVAGE ; ORGANISATION DU TRAVAIL ; EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES ; SYSTEME DE PRODUCTION ; ELEVAGE ; CHANGEMENT SOCIAL ; SENEGAL ; TAMBACOUNDA ; NETTEBOULOU REGION

Présentation (IRD)

Page publiée le 6 juillet 2014, mise à jour le 14 décembre 2017