Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1994 → Modélisation du ruissellement sur des champs de mil cultivés de façon traditionnelle (Bidi, Burkina Faso)

Université Montpellier II Sciences et Techniques du Languedoc (1994)

Modélisation du ruissellement sur des champs de mil cultivés de façon traditionnelle (Bidi, Burkina Faso)

Injerona Veloseheno Rache

Titre : Modélisation du ruissellement sur des champs de mil cultivés de façon traditionnelle (Bidi, Burkina Faso)

Auteur : Injerona Veloseheno Rache

Université de soutenance : Université Montpellier II Sciences et Techniques du Languedoc,

Grade : DEA : Hydrologie "Sci. de l’eau et Aménage." : Montpellier 2 : 1994

Descriptif
Cette étude s’inscrit dans le contexte de réflexion des hydrologues et des agronomes de l’ORSTOM sur la gestion des ressources en eau superficielle pour les besoins de l’agriculture pluviale dans les zones arides où semi-arides, écologiquement très instables du Sahel. Dans la zone sahélienne, les sols nus, et plus particulièrement lés sols cultivés, dénudés par les labours . . et les sarclages, sont soumis à un encroûtement partiel ou généralisé dont l’effet sur le ruissellement a été mis en évidence par l’utilisation du simulateur de pluies.
Le mémoire, qui suit l’ordre du travail effectué, comporte trois parties. La première partie est consacrée à la description de la région de Bidi, province du Yatenga, en abordant les caracteristiques géographiques, climatiques, et géologiques, ainsi que la présentation de la végétation naturelle, de l’agriculture et de l’élevage. . La deuxième partie du travail porte sur l’étude, à l’échelle de la surface élémentaire (parcelle de 1 mètre carré), du ruissellement et de l’infiltration. Les résultats issus de protocoles de simulation de pluie, et de mesures d’humidité volumique dans le sol, sont la base de la modélisation. . La troisième partie traite de la modélisation, cette fois-ci àl’échelle du versant, c’est-à-dire sur les parcelles agronomiques, du ruissellement. La parcelle aménagée ainsi que la parcelle témoin,cultivées sur des surfaces de 3000 m2, seront étudiées, dans deux situations différentes (en présence ou non de l’impluviumamont imperméable). En conclusion de cette étude, nous présenterons les principaux résultats obtenus par la modélisation du ruissellement et de l’infiltration à l’échelle du mètre carré et de quelques milliersde mètres carrés sur un versant sahélien cultivé en mil.

Mots Clés : RUISSELLEMENT ; INFILTRATION ; MODELISATION ; SOL CULTIVE ; AGRICULTURE TRADITIONNELLE ; MIL ; SIMULATION DE PLUIE ; BILAN HYDRIQUE ; HUMIDITE DU SOL ; CROUTE ; SOL SABLEUX ; BURKINA FASO ; ZONE SOUDANOSAHELIENNE ; YATENGA ; BIDI

Présentation (IRD)

Page publiée le 9 juillet 2014, mise à jour le 14 décembre 2017