Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Evaluation de l’activité antioxydante des feuilles d’olivier sauvage (Olea europea sylvestris)

Universite Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2014

Evaluation de l’activité antioxydante des feuilles d’olivier sauvage (Olea europea sylvestris)

Bouabdallah, Adel

Titre : Evaluation de l’activité antioxydante des feuilles d’olivier sauvage (Olea europea sylvestris)

Auteur : Bouabdallah, Adel

Université de soutenance : Universite Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Master en Biologie (2014)

Résumé
Olea europea var. sylvestris L. est un arbre qui appartient à la famille des Oléacées. C’est une plante médicinale largement utilisée en médecine traditionnelle en Algérie. Les feuilles de la plante ont été soumises à une extraction sous reflux dans l’eau distillée, eau/méthanol (30/70) (v/v) et eau/acétone (30/70) (v/v). L’examen phytochimique qualitatif réalisé sur les feuilles de l’olivier sauvage a montré la présence des flavonoïdes, des tanins, des stérols, des triterpènes en quantité importante, il a en outre révélé des quantités plus faibles de coumarines, de terpénoïdes, de saponosides et de quinones. Une analyse quantitative des polyphénols et des flavonoïdes des extraits est réalisée, montrant des teneurs importants en polyphénols totaux et flavonoïdes. L’extrait hydrométhanolique s’est révélé le plus riche par rapport aux autres extraits (599.12 mg GAE/100 g de matière sèche et 99.49 mg CEQ/100g de matière sèche), suivie de l’extrait hydoacétonique (500.18 mg GAE/100 g de matière sèche et 79.23 mg CEQ/100g de matière sèche) et enfin l’extrait aqueux (333.04 mg GAE/100 g de matière sèche et 46.03 mg CEQ/100g de matière sèche). Le pouvoir antioxydant a été évalué par la technique de piégeage du radical libre DPPH et la réduction du fer FRAP. L’activité antioxydante a ensuite été comparée à l’acide ascorbique. Parmi les trois extraits d’Olea europea sylvestris, l’extrait hydrométhanolique a montré l’activité la plus élevée avec un pourcentage d’inhibition de 90.97 % par rapport aux autres extraits. L’extrait hydroacétonique présentait une bonne activité antioxydante avec un pourcentage de piégeage des radicaux de 84.2 %, tandis que l’extrait aqueux a montré une capacité antioxydante inférieure de 62.54 %.

Mots clés : Olea europea var. sylvestris, extraits bruts, tests phytochimiques, dosages quantitatifs, activité antioxydante

Présentation

Version intégrale (1,34 Mb)

Page publiée le 13 juillet 2014, mise à jour le 16 janvier 2018