Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2014 → Contribution à une étude phytoécologique des monts de Moutas (Tlemcen- Algérie occidentale) : Aspects syntaxonomique, biogéographique et dynamique

Universite Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2014

Contribution à une étude phytoécologique des monts de Moutas (Tlemcen- Algérie occidentale) : Aspects syntaxonomique, biogéographique et dynamique

BABALI, Brahim

Titre : Contribution à une étude phytoécologique des monts de Moutas (Tlemcen- Algérie occidentale) : Aspects syntaxonomique, biogéographique et dynamique

Auteur : BABALI, Brahim

Université de soutenance : Universite Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Doctorat en Ecologie et Environnement (2014)

Résumé
Cette étude est consacrée à une analyse phytoécologique de la réserve de Moutas, cette dernière est caractérisée par une diversité floristique importante. Des résultats ont été obtenus, notamment dans les aspects syntaxonomiques, biogéographiques et dynamiques. Actuellement, cette zone d’étude est soumise à l’influence des changements climatiques et à la forte pression anthropozoogénes. Les modes d’extinction de la phytodiversité actuellement développée comportent de grosses incertitudes mais tout convergent sur une érosion phytogénitique quelque soient les modèles économiques. Le traitement par l’analyse factorielle des correspondances (AFC) nous a permis de connaître les divers facteurs qui influent sur le développement et la répartition des espèces végétales dans cette zone. L’inventaire floristique compte plus de 650 taxons, répartis en 85 familles ; se sont les Eudicots qui dominent largement avec 77 %, et seulement 22% pour les Monocots. La prédominance revient aux espèces de type biogéographique méditerranéen avec un pourcentage de 33%. Afin d’évaluer l’érosion de la phytodiversité nous avons abordé le problème de la disparition et la fragmentation des milieux de vie des végétaux (inventaire des biotopes naturels). Cette végétation étudiée est marquée par la présence des ligneuses forestières telle que : Viburnum tinus, Arbutus unedo, Quercus ilex, Quercus faginea subsp. tlemcenensis, Rhamnus alaternus, Calycotome intermedia, Pistacia lentiscus, Rhamnus lycioides, Juniperus oxycedrus, Tetraclinis articulata. Le chêne zeen, bien que numériquement moins représenté dans cette réserve, y joue cependant un rôle important dans la constitution du paysage ; l’étude autoécologique nous a bien informé sur sa dynamique et son évolution. Une carte est élaborée et qui nous montre les différents formations inventoriées généralement dominées du point du vue physionomique par des pelouses à espèces vivaces et /ou annuelles et qui dérivent de la dégradation des formations arborées de cette zone étudiées.

Mots clés : biogéographique et dynamique ; étude phytoécologique

Présentation

Version intégrale (12,9 Mb)

Page publiée le 13 juillet 2014, mise à jour le 6 octobre 2018