Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Sénégal → Boom aurifère à l’est du Sénégal, l’ouest du Mali et au nord-est de la Guinée : mutations économiques et socio-spatiales d’anciennes marges géographiques et économiques

Université Gaston Berger de Saint-Louis (2011)

Boom aurifère à l’est du Sénégal, l’ouest du Mali et au nord-est de la Guinée : mutations économiques et socio-spatiales d’anciennes marges géographiques et économiques

Mbodj Faty Bineta

Titre : Boom aurifère à l’est du Sénégal, l’ouest du Mali et au nord-est de la Guinée : mutations économiques et socio-spatiales d’anciennes marges géographiques et économiques

Auteur : Mbodj Faty Bineta

Etablissement de soutenance : Université Gaston Berger de Saint-Louis

Grade : Doctorat de géographie (2011)

Résumé
Les incitations des Institutions de Bretton woods et le contexte mondial de la fin des années 1990, marqué par la hausse des cours des ressources minières, ont encouragé certains pays africains, dont le Sénégal, le Mali et la Guinée, à se doter de nouveaux codes miniers. Ceux-ci ont créé un climat favorable à l’investissement d’entreprises minières étrangères dans des régions situées entre l’est du Sénégal, l’ouest du Mali et le nord-est de la République de Guinée. Au regard du potentiel minier mis en évidence ainsi qu’aux moyens déployés par l’industrie minière, des perspectives de voir ces régions sortir de leur pauvreté et leur enclavement semblent se présenter. Les espoirs sont d’autant plus grands que les activités minières ont débuté dans un contexte de vulgarisation de nouvelles approches du développement censées favoriser une meilleure implication des populations locales dans la gestion des projets qui les concernent. Ces approches sont véhiculées par les notions de « gouvernance locale » et de « développement local ». Ce travail de recherche tente d’analyser les retombées économiques des mines, leur échelle d’extension, ainsi que les types de gouvernances locales qui découlent de leur gestion, dans le but de savoir si l’extraction industrielle constitue un facteur d’intégration des territoires de production ou de fragilisation.

Mots Clés : ressources aurifères, activités minières, développement, enclavement, économie rurale, gouvernance locale.

Présentation (CIRAD)

Version intégrale

Page publiée le 16 juillet 2014, mise à jour le 31 décembre 2017