Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2000 → Possibilités d’utilisation de la télédétection en vue d’améliorer les performances de la surveillance du criquet pèlerin (#Schistocera gregaria#, Forskal, 1775) en Mauritanie

Université de Paris-Val-de-Marne (2000)

Possibilités d’utilisation de la télédétection en vue d’améliorer les performances de la surveillance du criquet pèlerin (#Schistocera gregaria#, Forskal, 1775) en Mauritanie

Routier, Jean-Baptiste

Titre : Possibilités d’utilisation de la télédétection en vue d’améliorer les performances de la surveillance du criquet pèlerin (#Schistocera gregaria#, Forskal, 1775) en Mauritanie

Auteur : Routier, Jean-Baptiste

Université de soutenance : Université de Paris-Val-de-Marne

Diplôme : DESS : Gestion des systèmes agro-sylvo-pastoraux en zones tropicales (2000)

Résumé
Le CLAA (Centre de Lutte Anti-Acridienne) de Nouakchott se trouve confronté chaque année au problème de la surveillance des zones de reproduction du Criquet pèlerin en Mauritanie ; la taille du pays et le manque d’informations écologiques et météorologiques limitent l’efficacité des prospections. On se propose donc de mettre en place une méthode utilisant les images satellitaires pour détecter précocement les conditions favorables à la reproduction et surveiller l’évolution phénologique de ces biotopes. Les zones de reproduction sont déterminées par la répartition de l’humidité édaphique qui permet la ponte et le développement de la végétation servant d’alimentation et de support aux larves. Notre démarche tient compte avant tout d’une finalité opérationnelle. Nous nous sommes donc attachés à étudier les problèmes techniques, méthodologiques et financiers liés à l’exploitation des données satellitaires afin de déterminer les capteurs et les méthodes utilisables. L’utilisation de ces données satellitaires nécessite de faire face à des problèmes techniques de mise en forme des données (décodage, correction, calibration, manipulation) avant l’étape d’interprétation des images. Ces traitements ne peuvent pas être pris en charge par le CLAA dans l’optique d’une application opérationnelle, mais doivent être confiés à un organisme compétent. La démarche principale a consisté à détecter des événements pluvieux à partir des données satellitaires, car c’est un moyen indirect de détecter l’humidité édaphique. Plusieurs méthodes sont envisageables, mais très peu offrent des résultats fiables dans les régions sahariennes et pour des pas de temps aussi courts (pentade, décade). Finalement, trois méthodes se détachent : le suivi des formations nuageuses sur les compositions colorées METEOSAT, les cumuls d’occurrences de nuages à sommet froid et les indices d’eau précipitable. Comme ces indices ne sont pas adaptés aux régions sahariennes, nous sommes obligés d’en utiliser plusieurs afin d’affiner les interprétations en les recoupant. Les pluies d’hiver sur la Mauritanie sont facilement reconnaissables par l’orientation sud-ouest / nord-est des formations nuageuses. Ces pluies sont rarement signalées par les stations météorologiques, pourtant elles peuvent être abondantes et humidifier durablement des zones favorables à la reproduction. Ce sont des situations climatiques à surveiller et à identifier. Pour des problèmes techniques, nous n’avons pas pu tester les données SPOT4 / VEGETATION, l’objectif initial étant de comparer le seuil de détection de la végétation entre SPOT4 et NOAA / AVHRR. En conclusion, les conditions climatiques particulières de la Mauritanie posent des problèmes de validité des méthodes de détection des pluies. C’est pourquoi il est important d’utiliser plusieurs indicateurs satellitaires pour aboutir à une interprétation plus fiable des conditions éco-météorologiques réelles. Cette démarche sera nécessaire tant que les méthodes ne seront pas adaptées au contexte saharien

Mots clés : SCHISTOCERCA GREGARIA ENQUETE ORGANISMES NUISIBLES AVERTISSEMENT AGRICOLE PRECIPITATION TELEDETECTION RELEVE (DES DONNEES) ; MAURITANIE

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 18 juillet 2014, mise à jour le 16 décembre 2017