Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Impact de l’irrigation sur l’évolution de la salinité des sols dans le périmètre irrigué du Tadla

IAV Hassan II (Rabat)

Impact de l’irrigation sur l’évolution de la salinité des sols dans le périmètre irrigué du Tadla

Dehotin, Judicaël

Titre : Impact de l’irrigation sur l’évolution de la salinité des sols dans le périmètre irrigué du Tadla

Auteur : Dehotin, Judicaël

Université de soutenance : IAV Hassan II (Rabat, Maroc)

Grade : Ingénieur : Génie rural (2001)

Résumé (Agritrop)
Dans le périmètre irrigué du Tadla, les problèmes de salinité des sols ont commencé à être évoqués après la remontée de la nappe en 1947. Les années de sécheresse qu’a connu le périmètre ont favorisé un recours important à l’eau de la nappe pour l’irrigation. Le pompage est alors devenu une pratique très répandue dans le Tadla, faisant craindre ainsi une dégradation des sols, accélérée par cette utilisation accrue des eaux de la nappe. L’objectif poursuivi par ce travail est d’étudier les risques que présente l’utilisation des ressources en eau de surface et souterraine vis-à-vis de la salinisation et de la sodisation des sols. L’approche utilisée a consisté en une étude préalable de la variabilité spatiale et temporelle de la salinité et de la sodicité des eaux et des sols. Cette étude sera réalisée à toutes les échelles grâce à des outils de géostatistique. Ensuite, on étudiera le fonctionnement hydrique et salin à la parcelle et enfin une simulation des tendances évolutives des phénomènes de salinisation selon diverses modalités d’utilisation des eaux avec un modèle géochimique. Les trois zones du Béni Amir, du Béni Moussa Est et du Béni Moussa Ouest ont différents risques de salinisation ou de sodisation des sols, fonction de la qualité des eaux d’irrigation utilisées (nappe et de l’oued). Les eaux du béni Amir comportent les risques les plus élevés aussi bien en matière de salinisation que de sodisation. Les eaux de nappe du béni Moussa Ouest comportent des risques importants de sodisation, en raison des concentrations élevées de sulfates susceptibles de provoquer la précipitation du gypse et de favoriser l’adsorption du sodium sur le complexe d’échange. Les eaux du béni Moussa Est (nappe et barrage) comportent peu de risques de dégradation des sols. Les sols du Tadla ne semblent pas être affectés par des processus d’alcalinisation, l’alcalinité résiduelle (ou Résidual Sodium Carbonates : RSC) des échantillons d’eau et des sols étant négative. Les voies d’évolution des sols seraient plutôt des voies salines neutre

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 18 juillet 2014, mise à jour le 12 janvier 2018