Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Contribution à l’amélioration de la lutte préventive par l’étude de la biogéographie du criquet pèlerin au Mali

IAV Hassan 2 Agadir (2009)

Contribution à l’amélioration de la lutte préventive par l’étude de la biogéographie du criquet pèlerin au Mali

Keita, Mahamadou Namori

Titre : Contribution à l’amélioration de la lutte préventive par l’étude de la biogéographie du criquet pèlerin au Mali

Auteur : Keita, Mahamadou Namori

Etablissement de soutenance : IAV Hassan 2 Agadir

Grade : Mémoire de 3ème cycle : Acridologie : 2009

Résumé
La première phase de l’étude a permis de répertorier environ 400 références bibliographiques conditionnées sous le logiciel bibliographique Référence Manager. Dans un deuxième temps, les données d’archives acridiennes ont été collectées à Gao, ancienne base de l’OCLALAV (Organisation Commune de Lutte Antiacridienne et de Lutte Anti-aviaire) et saisies dans une base relationnelle Access. Environ 6 000 enregistrements, datant de 1966 à 2008 et issus des cahiers des prospecteurs et des fiches de suivi de la FAO ont été enregistrés. Enfin, une analyse cartographique de ses données chrono et géo-référencées a été effectuée pour chaque stade (imago et larve) et pour les 3 phases (solitaire, transiens, grégaire). Les résultats permettent d’avoir une situation globale de la dynamique des populations au Mali. L’insecte peut se reproduire deux fois au cours de l’année : en début de saison des pluies de juillet à août sur les zones de réception de pluies (massif de l’Adrar des Iforas), puis en fin de saison des pluies d’octobre à décembre grâce à la redistribution des pluies sur les zones d’écoulement et d’épandage (Tilemsi et Tamesna essentiellement). Huit régions naturelles, (Timétrine, Haut Tilemsi, Bas Tilemsi, centre Tilemsi, l’Adrar des Iforas, Tamesna, Agala, Gourma de Gao) majeures constituant l’aire grégarigène malienne ont été délimitées et décrites comme des zones à hautes fréquences du Criquet pèlerin solitaire. Une synthèse de ces données est représentée par la délimitation des acrido-régions, ou aires complémentaires pour le locuste. Ce découpage donne une lisibilité aux actions du CNLCP en améliorant le choix des itinéraires et des périodes de prospections. Ces premiers travaux permettent d’envisager de nouvelles pistes comme l’utilisation de la télédétection pour la détection des biotopes acridiens au sein des régions naturelles déjà identifiées

Mots clés : SCHISTOCERCA GREGARIA CRIQUET MALI

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Version intégrale (7 Mb)

Page publiée le 24 juillet 2014, mise à jour le 13 janvier 2018