Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → Place de l’aquaculture dans les systèmes agricoles et dans les élevages des zones de deltas et de bas fonds

Université Montpellier 2 (2008)

Place de l’aquaculture dans les systèmes agricoles et dans les élevages des zones de deltas et de bas fonds

Delestré, Lucille

Titre : Place de l’aquaculture dans les systèmes agricoles et dans les élevages des zones de deltas et de bas fonds

Auteur : Delestré, Lucille

Université de soutenance : Université Montpellier 2

Grade : Master (Synthèse bibliographique) : Biologie géoscience agroressources et environnement. Parcours élevage dans les pays du sud environnement et développement (2008)

Résumé
Les exploitations des zones de deltas doivent faire face à un contexte particulier. Des terres riches et propices à l’irrigation font de ces régions des terres d’accueil idéales pour la riziculture. Or, les activités traditionnelles de pastoralisme ou d’élevage intégré à la riziculture sont en mutation, suite à l’accroissement démographique et l’intensification des productions, les agriculteurs ou éleveurs de ces zones sont confrontés à des terres qui s’appauvrissent et des couts d’intrants qui augmentent. A ces problèmes s’ajoutent une baisse des effectifs de ressources halieutiques suite à une surpêche. Les populations côtières qui vivaient jusqu’aux années 80-90 sans difficulté de la pêche se retrouvent piégées et leurs revenus s’écroulent. Depuis les années 90, de grands programmes de gestion ont aboutit sur la promotion de l’aquaculture. En effet, ces programmes prévoient d’intégrer dans les élevages familiaux ou sur les rizières un élevage de poissons. Cette pratique s’est avérée efficace pour augmenter le revenu des familles, leur consommation de protéines et donc leur condition de vie. La présente synthèse bibliographique traite de trois deltas du monde : Sénégal, Fleuve Rouge (Vietnam) et Gange/Brahmapoutre (Bangladesh). Malheureusement, les exploitants doivent faire face à de nombreuses contraintes afin d’intégrer de façon durable l’aquaculture à leurs productions. Cette adoption de nouvelles pratiques s’accompagnent de nouvelles technologies. Constructions d’étables, de digues et de passes à poissons, accès aux écloseries ou aux marchés, voies de communication sont des infrastructures obligatoires à mettre en place. Ces dernières demandent non seulement des connaissances techniques mais aussi des moyens humains et financiers. Le financement de telles innovations est malheureusement limité dans les fermes familiales qui n’ont pas accès aux crédits. Les gouvernements tentent de prendre des mesures pour informer les éleveurs, les former, aborder des aides financières pour les investissements de base, pratiquer des visites dans les élevages pour vérifier la bonne application des lois... Ces mesures sont couplées avec une organisation administrative forte ainsi qu’un réseau de cadres compétents. II est en effet nécessaire que tous les acteurs du développement d’accordent pour chercher et élaborer ensemble les solutions, depuis l’exploitant familial aux gouvernements en présence

Mots clés : AQUACULTURE ORYZA SATIVA SENECIO BANGLADESH VIET NAM

Présentation (Agritrop Cirad)

Page publiée le 26 juillet 2014, mise à jour le 25 décembre 2017