Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2007 → Introduction des acacias gommiers (#Acacia senegal# et #A. polyacantha#) en champs au nord-Cameroun, contraintes socio-économiques

Université de Toulouse-Le Mirail (Toulouse) 2007

Introduction des acacias gommiers (#Acacia senegal# et #A. polyacantha#) en champs au nord-Cameroun, contraintes socio-économiques

Palou Madi, Oumarou

Titre : Introduction des acacias gommiers (#Acacia senegal# et #A. polyacantha#) en champs au nord-Cameroun, contraintes socio-économiques

Auteur : Palou Madi, Oumarou

Université de soutenance : Université de Toulouse-Le Mirail (Toulouse)

Grade : Master : Recherche ESSOR (2007)

Résumé
L’étude dont ce mémoire fait l’objet dans le cadre de cette formation de Master 2 Recherche fait partie de l’une des préoccupations du projet ACACIAGUM qui est financé par l’Union Européenne, ligne budgétaire INCO-DEV. Il s’intitule : Gestion innovatrice de l’Acacia senegal en vue d’améliorer la productivité des terres et la production de la gomme arabique en Afrique sub-saharienne. Il a pour objectif principal de prôner la gestion durable de l’acacia gommier : Acacia senegal, en vue de la protection de l’environnement, de la diversification des sources de revenus, et ainsi contribuer la réduction de la pauvreté des populations rurales dans cette partie de l’Afrique. Ce projet est exécuté sur une durée de quatre ans (2007-2011) par les équipes de chercheurs des instituts de recherche et des universités des pays du Sud (Sénégal, Niger, Kenya et Cameroun), et des pays du Nord (CIRAD de Montpellier et IRD de Paris en France, l’Université de Wageningen au Pays Bas et l’Université de Edinburgh en UK). Il vise aussi l’amélioration des techniques et outils de gestion de l’Acacia senegal, en vue d’une gestion durable et de contribuer à la sécurité alimentaire. Le présent mémoire a pour objectifs l’élaboration du cadre théorique et scientifique de l’objet d’étude et des connaissances pratiques des situations sur le terrain, car nous pensons qu’un travail de recherche doit allier la conceptualisation à l’observation et à l’analyse du concret. Ceci pour mieux éclairer le chercheur dans sa démarche réflexive. Ainsi il posera des questions par rapport à son objet d’étude. En second lieu, le forestier que je suis, à travers le Master ESSOR entre en contact avec un nouveau domaine notamment les sciences sociales, en particuliers la socio-économie et la géographie humaine. Ce domaine est incontournable pour la recherche agronomique mais on y fait le plus souvent très peu appel à cause d’une option à dominance techniciste. La recherche agronomique (au sens large du terme), comme d’autres domaines de recherche doit pourtant s’appuyer sur les sciences sociales pour mieux appréhender son objet de recherche. Tel est le cas de notre thème qui est centré sur le concept d’innovation et de son adoption

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Version intégrale (1 Mb)

Page publiée le 26 juillet 2014, mise à jour le 24 décembre 2017