Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Détermination des paramètres hydro dispersifs de la basse vallée de l’Oued Saf-Saf (W.Skikda)

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2007

Détermination des paramètres hydro dispersifs de la basse vallée de l’Oued Saf-Saf (W.Skikda)

SAADALI Riad

Titre : Détermination des paramètres hydro dispersifs de la basse vallée de l’Oued Saf-Saf (W.Skikda)

Auteur : SAADALI Riad

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Magister Géologie Hydrochimie 2007

Conclusion
Occupant la partie avale du bassin versant de l’oued Saf-Saf, la zone étudiée s’étend sur 140 km2 environ et correspond à une zone d’accumulation à pentes faibles limitée par un relief modéré formé par les parties sommitales des grés numidiens. En effet, la basse vallée du Saf-Saf est soumise à l’influence d’un climat méditerranéen tempéré caractériser par deux saisons, l’une pluvieuse et froide (Décembre-Avril), l’autre sèche et chaude (Mai - Novembre). Elle reçoit en moyenne une pluviométrie de l’ordre de 664 mm/an, répartie de façon irrégulière au cours de l’année. La température moyenne est de l’ordre de 18 °C. L’analyse du bilan hydrologique fait ressortir que l’infiltration, paramètre le plus intéressant en hydrogéologie, représente près de 134 mm/an. L’évapotranspiration et le ruissellement en consomment 63 et 19 % , respectivement. Les données géophysiques et hydrogéologiques ont mis en évidence l’existence d’un réservoir souterrain constitué par la superposition de deux nappes s’étendant sur une superficie de 65.5 km2 . La nappe superficielle formée essentiellement d’alluvions récentes à granulométrie relativement fine (limons sableux, limons argileux… etc..), présente peu d’intérêt hydraulique. Elle n’est d’ailleurs exploitée que par les puits appartenant aux particuliers. Les réserves de cette nappe s’estiment à 150 hm3 . La nappe profonde, constituée essentiellement de galets et de graviers, offre, au contraire, des possibilités aquifères très importantes. Les réserves sont estimées à 260 hm3 . La configuration géométrique et la composition lithologique laisse supposer que la réalimentation de la nappe profonde se fait par percolation à travers la nappe superficielle. Si le rythme de réalimentation du système hydrogéologique de la basse vallée du Saf-Saf s’estime à 5 Hm3 /an, le taux de son exploitation demeure inconnu et mérite d’être investigué. Ce qui permettrait de dresser un bilan pour ce système aquifère. L’étude piézomètrique a mis en lumière que l’oued Saf-Saf draine la nappe superficielle en tout point, du moins en hautes eaux, suivant un gradient hydraulique qui décroit du Sud (0.04) vers le Nord (0.008). En effet, la zone favorable à l’implantation d’autres forages correspond à la partie de la vallée située entre Beni Bechir et Bountous où l’épaisseur des graviers est importante. Les eaux souterraines dans la basse vallée du Saf-Saf se caractérisent par des faciès chlorués-sodiques. Ces eaux présentent une potabilité acceptable selon les normes de l’OMS et peuvent être utilisées pour l’irrigation sans risques notables. Toutefois, il est bon de rappeler que vers le Nord, la nappe pourrait être menacée par l’invasion marine. De ce fait, tout action dans cette partie de la nappe devrait être bien étudiée avant d’être entreprise. On doit enfin signaler que La formation lithologique de la basse vallée de l’Oued Saf-Saf est constituée de : Sables et limons dans les rives de l’Oued, et sable argileux a l’amont de l’Oued. Dans l’intérêt hydrogéologique, les autres formations comme le schiste et les flysch dont l’intérêt hydrogéologique est faible et ne sont pas exploitées. L’analyse hydrodispersive, et la détermination de ses paramètres, nous ont permis des ressortir les résultats suivants : o une erreur relative de la perméabilité qui varie entre 7% et 15%. o une porosité cinématique de l’ordre de 6% dans le limons , et de l’ordre de 10% dans les sables-argileux, et enfin 18% dans les sables. o Un coefficient de dispersion longitudinale de l’ordre de 1.61 .10-7 dans les sables-argileux ,et dans les sables et les limons il varie entre 1.61 .10-7 et 4.06 .10-6 . o un temps moyen réel de l’ordre de 9minutes. On prévoit terminer cette étude ultérieurement.

Catalogue Collectif Algérie

Version intégrale

Page publiée le 29 juillet 2014, mise à jour le 24 octobre 2018