Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Caractéristiques physico-chimiques et isotopiques des eaux souterraines dans la région de Guelma (NE Algérien)

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2007

Caractéristiques physico-chimiques et isotopiques des eaux souterraines dans la région de Guelma (NE Algérien)

BENMARCE Kaddour

Titre : Caractéristiques physico-chimiques et isotopiques des eaux souterraines dans la région de Guelma (NE Algérien)

Auteur : BENMARCE Kaddour

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Magister Géologie (2007)

Résumé
La région d’étude fait partie des zones externes de la Chaîne des Maghrébides de l’Algérie orientale. Il s’agit d’une dépression (dépression de Guelma) remplie d’alluvions plio-quaternaires et entourée de diverses nappes de différentes origines et d’histoires paléogéographiques distinctes. Ces nappes forment les actuelles montagnes (Mahouna,Houara et Débar. Les eaux souterraines de la région sont concentrées dans trois aquifères de lithologie et d’âge différents. Il s’agit de la nappe alluvionnaire du Mio-Plio-Quaternaire de la vallée de l’Oued Seybouse, de l’aquifère karstique des calcaires néritiques et Sénoniens (région d’Héliopolis) et de la nappe des formations carbonatées de l’Eocène (Ras–el agba-sellaoua ). L’objectif principal de cette étude est de caractériser les eaux souterraines dans la dépression.
Dix (10) sources captées d’usage quotidien ont fait l’objet d’analyses pour la détermination des différents paramètres physiques et pour le dosage des éléments chimiques majeurs. Les procédures d’analyses ont été déduites des méthodes standard d’analyses et les résultats ont été comparés à l’ensemble des paramètres faisant l’objet de normes ou de références. Le suivi des variations mensuelles des caractéristiques physicochimiques des eaux en fonction des débits des sources a débuté depuis les basses eaux jusqu’aux hautes eaux.
L’interprétation des différents résultats d’analyses a permis de ( i ) déterminer les faciès chimiques et classer les eaux souterraines dans les trois aquifères de la manière suivante : (1) dans la nappe alluvionnaire, le substratum marneux et les lentilles d’argiles des trois terrasses ( haute, moyenne et basse ) confèrent aux eaux un faciès chimique chloruré calcique à l’Est de oued Zimba et les travertins du sud alimentant la nappe, confèrent aux eaux qui coulent et émergent à l’Ouest du même oued dans la haute terrasse, un faciès bicarbonaté calcique, (2) dans l’aquifère d’Héliopolis, les calcaires néritiques et sénoniens sont à l’origine du faciès bicarbonaté calcique des eaux souterraines et (3) dans l’aquifère de Ras el Agba - Sellaoua, les formations carbonatées éocènes attribuent aux eaux un faciès bicarbonaté calcique, ( ii ) de constater une dilution de la composition chimique des eaux souterraines avec l’augmentation des débits, ( iii ) de confirmer cette interprétation par les valeurs isotopiques de l’oxygène et l’hydrogène de l’eau et enfin remarquer que le périmètre d’irrigation est la zone où les fortes teneurs en nitrates d’origine agricole sont indices de pollution.

Version intégrale

Page publiée le 29 juillet 2014, mise à jour le 2 octobre 2018