Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2009 → Les projets du petit cycle de l’eau au regard des extensions urbaines dans des villes de pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée Services publics, services essentiels ou services urbains ?

ISTED - ISIGE (2009)

Les projets du petit cycle de l’eau au regard des extensions urbaines dans des villes de pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée Services publics, services essentiels ou services urbains ?

Burlat Anne

Titre : Les projets du petit cycle de l’eau au regard des extensions urbaines dans des villes de pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée Services publics, services essentiels ou services urbains ?

Auteur : Burlat Anne

Etablissement de soutenance : ISTED - Institut des sciences et techniques de l’équipement et de l’environnement pour le développement - La Défense ; ISIGE - Institut Supérieur d’Ingénierie et de Gestion de l’Environnement - Fontainebleau

Diplôme : Mastère Spécialisé en Ingénierie et Gestion de l’Environnement (2009)

Résumé
Cette étude menée pour l’Académie de l’eau et l’ISTED, avait pour objectif d’identifier les relations observables entre les projets du petit cycle de l’eau et le développement des extensions urbaines, dans quatre villes de pays méditerranéens, Casablanca, Tanger, Tripoli et Tunis. La réflexion, construite à partir d’entretiens effectués avec des acteurs de ces projets, tend à montrer d’une part le développement par projets d’opportunités pour des extensions urbaines bicéphales : des projets d’investisseurs s’imposent au territoire, et des lotissements irréguliers, s’édifient puis s’imposent aux autorités. D’autre part, le développement de l’assainissement implique en amont une définition du domaine public, ce qui a, dans les quartiers irréguliers, transformé le problème posé aux opérateurs. Ainsi, la diversité des modes de gestion, de l’eau et de l’assainissement, dans ces quatre contextes urbains, quoique toujours publique, a permis de mettre en évidence l’importance des processus institutionnels et de la volonté politique. Ces derniers sont alors amenés à se positionner sur des choix sociétaux, dont la reconnaissance des quartiers clandestins, et finalement, sur le potentiel d’intégration urbaine qu’ils leurs confèrent.

Mots clés : développement urbain, méditerranée, services essentiels , urbanisme ; Liban , Maroc , Tunisie

Présentation (PsEau)

Version intégrale (8,50 Mb)

Page publiée le 10 août 2014, mise à jour le 26 décembre 2017