Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2004 → Fonctionnement et bilan de retenues artificielles en Tunisie : approche hydrochimique et isotopique

Université de Paris-Sud (2004)

Fonctionnement et bilan de retenues artificielles en Tunisie : approche hydrochimique et isotopique

Gay Déborah

Titre : Fonctionnement et bilan de retenues artificielles en Tunisie : approche hydrochimique et isotopique

Functioning and water balance of dam reservoirs in Tunisia : hydrochemical and isotopic approach

Auteur : Déborah Gay

Université de soutenance : Université de Paris-Sud.

Grade : Doctorat : Terre, Océan, Espace. Sciences de la terre : Paris 11 : 2004

Résumé
L’objectif est d’améliorer le bilan hydrologique de retenues artificielles à l’aide d’outils géochimiques. L’étude porte sur trois sites localisés en zone semi-aride de la Tunisie. Nous avons d’abord établi un bilan isotopique des retenues, en testant plusieurs hypothèses de débit de fuite. La simulation des teneurs en O-18 de l’eau des retenues a été faite sans distinguer les apports souterrains des écoulements retardés, puisque ces deux types d’apports sont identiques d’un point de vue isotopique. Ils sont par contre aisément distingués l’un de l’autre par l’utilisation des teneurs en chlorure. Ainsi, c’est en combinant les deux méthodes O-18 et Cl que l’on peut caractériser l’ensemble des apports et pertes. Dans un deuxième temps, nous nous sommes intéressés à l’aquifère en aval de chaque retenue. Au cours de la saison sèche, les retenues subissent une forte évaporation qui " marque " les eaux qu’elles contiennent, chimiquement et isotopiquement. Nous mettons en évidence ces caractéristiques de solutions évaporées dans les eaux présentes dans les aquifères en aval des retenues, ce qui témoigne d’une contribution de l’eau des lacs à la recharge de ces aquifères. Nous avons ainsi pu distinguer une zone d’influence des retenues en aval. Dans certains cas, les fortes variations temporelles des teneurs en O-18 de l’eau des lacs se retrouvent (de façon atténuée) dans l’aquifère aval ; on peut ainsi suivre le déplacement de l’eau infiltrée à partir du lac. Ceci permet d’évaluer la vitesse de déplacement de l’eau dans l’aquifère, et d’estimer la quantité d’eau infiltrée du lac à un moment donné. On valide ainsi le modèle de fonctionnement des retenues établi précédemment.

Mots clés : Géochimie, Evaporation, Oxygène 18, Lac collinaire, Deutérium.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 14 septembre 2006, mise à jour le 12 janvier 2018