Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2003 → L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc)

Université de Nancy II (2003)

L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc)

Faouzi Hassan

Titre : L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc)

The arganerai of Haha : etude of an agrarian system in alteration (Western Height-Atlas, Morrocco)

Auteur : Hassan Faouzi

Université de soutenance : Université de Nancy II.

Grade : Doctorat : géographie : Nancy 2 : 2003

Résumé
Le pays des Haha, correspond au terroir de la célèbre tribu du Haut-Atlas Occidental. Sur le plan physique, il s’agit d’un plateau. Les conditions naturelles de la zone sont difficiles. Pourtant, malgré les aléas climatiques et socio-économiques, un peuplement humain, une forêt, des troupeaux et des cultures se sont maintenus. Chez les Haha, le système agraire repose sur trois composantes : l’orge (tomzine), la chèvre (toghate) et l’arganier (torgante). Espèce xérophile et endémique du Sud-Ouest marocain, l’arganier est bien adapté au climat aride de la région. Son rôle écologique est important. Mais cet arbre possède surtout des qualités nombreuses qui expliquent les usages multiples qu’en font les populations locales. Son amande riche en huile et en corps gras comestibles dont les femmes berbères extraient une huile réputée pour ces qualités diététiques mis aussi cosmétiques, ou son feuillage appétable par le bétail, en font un arbre précieux pour les agriculteurs éleveurs locaux. Ces populations qui, depuis très longtemps, exploitent cette ressource locale ont mis en place des pratiques fines de gestion qui ont permis une utilisation durable de la ressource. Mais l’actuelle croissance démographique rend de pus en plus difficile l’application des règles traditionnelles de gestion durable. Recherché pour bon bois de feu et son excellent charbon de bois, l’arganier est depuis des années victime d’une surexploitation pour l’approvisionnement des grandes villes. Pour faire face à cette menace, la conservation et la gestion de cette forêt a donc été confiée aux services forestiers. Ces derniers continuent d’appliquer leur objectif de conservation. La coupe à blanc est leur principale technique de régénération de l’arganeraie. Mais vu la dépendance des systèmes de production locaux avec l’arganier, les mises en défens qui accompagnent ces opérations de régénération peuvent avoir des conséquences sur l’économie paysanne locale. Malgré des règles d’usufruit édictées par les services forestiers, la forêt reste dans sa globalité aménagée avec la principale finalité de production de bois, et non comme un milieu cultivé multi-productif. Cet aménagement ne laisse que peu de place qu développement des communautés locales.

Mots clés : Géographie humaine - Maroc - Haut Atlas (Maroc ; ouest) - Géographie agricole - Argania -Cultures

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 15 septembre 2006, mise à jour le 9 mars 2019