Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin versant de Boumerzoug (Kebir -Rhumel) perspectives et développement durable

Université Badji Mokhtar Annaba (2007)

Gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin versant de Boumerzoug (Kebir -Rhumel) perspectives et développement durable

Bouteraa, Walid

Titre : Gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin versant de Boumerzoug (Kebir -Rhumel) perspectives et développement durable

Auteur : Bouteraa, Walid

Université de soutenance : Université Badji Mokhtar Annaba

Grade : Magister 2007

Résumé
Le bassin versant de Boumerzoug est situé à l’Est de l’Algérie, entre les monts de Constantine et les monts de Ain M’lila, ce qui lui confère un climat semi-aride dans la majeure partie de sa superficie (1832 Km2). Les conditions géologiques, hydroclimatiques et hydrogéologiques, montrent que les ressources en eau dans bassin sont surtout souterraines avec des potentialités importantes qui peuvent même dépasser les 600 l / s (aquifère karstique de la nappe néritique).Le deeloppement socioéconomique de la région depuis l’indépendance a engendré une augmentation importante de la demande en eau des différents secteurs (AEPI et PMH), entraînant ainsi une surexploitation des ressources d’où le déficit d’alimentation en eau quicaractérise une partie importante du bassin.Face à cette situation, une gestion intégrée des ressources en eau s’y impose. Cette gestionaboutit à un plan directeur de l’eau (PDE).Le programme de la gestion intégrée des ressources en eau appliqué dans le bassin montre qu’à partir de 2010 et grâce au transfert de Beni Haroun, les besoins prioritaires seront couverts avecun supplément de122 hm3 répartis en tout points du bassin. Ce programme sera complémenté pard’autres projets ambitieux lancée dés 2010, notamment avec la modernisation des réseaux de distribution pour l’AEP des villes qui vise un rendement de 80 % à l’horizon 2030. L’exploitation des nappes d’eau souterraines sera plus raisonnable et ne dépassera plus les réserves potentielles surtout pour le secteur agricole qui utilise des volumes beaucoup plus important des eaux des aquifères. La réutilisation des eaux usées sera une option plus importante pour le bassin, notamment pour l’irrigation et la protection de la qualité des eaux souterraines. Ce programme de gestion intégrée des ressources en eau par bassin versant sera appliqué encollaboration avec une autre unité géographique appelée CDC (Centres De Consommation d’eau). Le tout sera développé dans des scénarios (volontariste et tendanciel) qui se distinguent essentiellement par les différentes politiques d’intervention susceptibles d’être conduites par les institutions oeuvrant dans le secteur de l’eau. Vers 2030, l’achèvement de tous les projets assure en tout points du bassin l’alimentation en eau pour satisfaire les besoins jugés prioritaire (AEPI) et régler le déséquilibre dans secteur agricole.

Catalogue collectif Algérie

Page publiée le 17 novembre 2014, mise à jour le 24 octobre 2018