Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2014 → Extraction, identification et mise en évidence des propriétés des huiles de graines des espèces d’Acacia (A. arabica et A. raddiana) des zones arides algériennes

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (2014)

Extraction, identification et mise en évidence des propriétés des huiles de graines des espèces d’Acacia (A. arabica et A. raddiana) des zones arides algériennes

TISSOURAS Fatiha

Titre : Extraction, identification et mise en évidence des propriétés des huiles de graines des espèces d’Acacia (A. arabica et A. raddiana) des zones arides algériennes

Auteur : TISSOURAS Fatiha

Université de soutenance : Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Grade : Doctorat en Sciences Filière : Sciences Agronomiques 2014

Résumé
Deux espèces forestières « Acacia arabica et Acacia raddiana » originaires d’Ahaggar (W. Tamanrasset) à multiples intérêts sont surexploitées en Algérie par les populations rurales à l’exception de quelques usages traditionnels des graines et des gousses. Elles constituent une bio ressource renfermant plusieurs composés actifs tels que les tanins et les oléorésines qui nécessitent compte tenu de leur état de dégradation un intéressement particulier pour leur valorisation et préservation. L’objectif principal de cette étude est l’évaluation des potentiels phytochimiques par la CPG et HPLC des huiles des graines des deux espèces, ainsi que la mise en évidence de leur pouvoir antioxydant par le test de DPPH° (1,1-diphényl2-pycryhydrazyl) et leurs activités biologiques par les techniques de diffusion en milieu liquide et solide (méthode de disque et de puits). Les résultats obtenus montrent que les rendements des huiles extraites des graines par l’éther de pétrole sont respectivement de 12% et 9% pour A. arabica et A. raddiana avec des paramètres physicochimiques correspondant aux normes des huiles végétales. La CPG révèle que ces huiles sont riches en acides gras insaturés Oméga 6 et Oméga 9 (74,58 ; 79,58%) avec une prédominance de l’acide linoléique (C18 :2). En plus, l’HPLC a montré que ces huiles présentent des teneurs élevées en tocophérols (Vitamine E) variant respectivement de 71,47 ±1,32 et 86,49 ±0,34 mg/100g d’huile pour A. arabica et A. raddiana. Cette composition chimique des huiles a exercé une forte activité antioxydante à des concentrations faibles (CE50 : 564 et 264 mg AO/g DPPH), qui ont permis de réduire 50% le radical libre DPPH° en DPPHH avec un temps de réaction moyen (23 et 27mn). Les tests biologiques montrent également une forte activité antimicrobienne vis-à-vis des souches fongiques Aspergillus niger et Candida albicans. De même cette activité a été observée pour les souches bactériennes de Gram- E. coli et de Gram+ S. aureus à l’exception des deux bacilles utilisées (B. Cereus et b. subtilis). Les différentes concentrations inhibitrices minimales enregistrées ont été de l’ordre 0,077≤CMI≤ 0,158mg/ml. De ces résultats il ressort que les propriétés phytochimiques des huiles ainsi que leurs pouvoir antioxydant et antimicrobien peuvent constituer des perspectives intéressantes de recherche pour une exploitation rationnelle.

Mots clés : A.arabica, A.raddiana, potentiel phytochimique, huiles, pouvoir antioxydant, activité antimicrobienn

Présentation

Version intégrale (6,7 Mb)

Page publiée le 9 novembre 2014, mise à jour le 30 août 2019