Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2008 → Impact de la sécheresse et de l’anthropisme sur la biodiversité et le sol dans la station de Tadmit (Wilaya de Djelfa)

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (2008)

Impact de la sécheresse et de l’anthropisme sur la biodiversité et le sol dans la station de Tadmit (Wilaya de Djelfa)

Benseghir, Louaï

Titre : Impact de la sécheresse et de l’anthropisme sur la biodiversité et le sol dans la station de Tadmit (Wilaya de Djelfa)

Auteur : Benseghir, Louaï

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediene

Grade : Magister 2008

Résumé
La zone des hautes plaines steppiques de par sa vocation pastorale, n’a jamais cessé d’être sollicitée par l’activité humaine. La démographie de l’homme sans cesse croissante, ses besoins en ressources naturelles (fourrage) évoluent en conséquence ; le prélèvement de cette ressource se fait de manière de moins en moins rationnelle et cela risquerait à long terme de l’épuiser. Aussi l’aridité de ces milieux et l’irrégularité de ces précipitations annuelles, requièrent que l’on accorde une attention toute particulière à l’évolution de son climat surtout, durant ces deux dernières décennies où le débat sur les conséquences des émissions de gaz à effet de serre, responsables du phénomène de réchauffement climatique qui aboutissent à un bouleversement du climat général de la planète, est loin d’être clos. Cet accroissement continuel du prélèvement de la végétation par l’homme et de ses animaux, et une potentielle augmentation des températures à travers le monde qui se précise de plus en plus, nous amène à aborder dans cette contribution la problématique de la désertification dans les milieux arides et semi-arides. Certes les causes de ce phénomène sont aujourd’hui parfaitement identifiées et attribuées à la sécheresse et au surpâturage, mais connaissons-nous réellement lequel des deux est à l’origine de la désertification ? et la part de chacune des deux causes à la dégradation du tapis végétal et des écosystèmes steppiques. De ce fait, un des objectifs de cette contribution, serait d’apporter une réponse chiffrée sur la part de la sécheresse ou de l’action anthropique responsable, du phénomène de désertification dans une station steppique du sud algérois, à travers des résultats qualitatifs et quantitatifs. Pour cela nous avons choisi une station qui a fait l’objet de diverses études phytoécologiques et cartographiques, dont celle de DJEBA ?LI (1970) et TAZA ?RT (1989) ; les résultats de ces deux études seront comparés aux nôtres réalisés en 2006, et cela selon une approche diachronique. l’étude bioclimatique a permis de démontrer que le régime pluviométrique de la station n’a pas changé depuis 129 ans. Alors que la partie socio-économique met en évidence une augmentation continue du cheptel de la wilaya de Djelfa. Grâce à l’étude diachronique nous avons remarqué que la richesse floristique de la station fluctue, mais ne diminue pas de manière linéaire, et surtout nous avons pu démontrer la part du surpâturage ou du climat responsables de cette fluctuation. Malgré que la flore des parcours de Tadmit soit constituée à 60% d’espèces bien appétées et cela quelque soit l’année d’observation, ces parcours n’en demeurent pas moins menacés de désertification, car la comparaison des deux cartes d’occupation des sols montre bien une diminution des parcours intéressants remplacés par des formations à base d’espèces épineuses

Mots Clés : Sécheresse : Djelfa (Algérie Diversité biologique : Djelfa (Algérie

Portail National de Signalement des Thèses

Présentation

Page publiée le 17 novembre 2014, mise à jour le 26 septembre 2018